Publicité
23 août 2019 - 13:00

Des premiers cas d'insectes infectés par le virus du Nil occidental (VNO) ont été détectés au Québec.

Virus du Nil occidental : la prudence est de mise

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Peut-être avez-vous remarqué depuis le début de l'été que les moustiques sont omniprésents. Outre des piqures et des démangeaisons, les moustiques peuvent transmettre des maux plus graves, notamment le virus du Nil occidental (VNO). Au Québec, le virus a été identifié pour la première fois en 2002. Il est maintenant présent dans plusieurs régions, en particulier dans les régions du sud de la province.

Les moustiques sont la principale voie d’introduction du virus chez l’humain. Au Québec, comme ailleurs en Amérique du Nord, les infections causées par le VNO sont saisonnières. Elles surviennent au cours de l'été et se poursuivent durant l'automne, jusqu’aux premières gelées.

Des premiers cas d'insectes infectés par le virus du Nil occidental (VNO) ont été détectés au Québec et c'est pourquoi le ministère de la Santé et des Services sociaux tient à rappeler aux Québécoises et aux Québécois de prendre les mesures nécessaires pour se prémunir contre les infections transmises par les moustiques. 

En plus du VNO, les virus du sérogroupe Californie (VSC) sont transmis aux personnes par l'entremise d'une piqûre de moustique infecté. Bien que l'infection ne présente pas toujours de symptômes, le virus peut dans certains cas causer des problèmes de santé graves tels que des atteintes neurologiques.

Tout le monde peut être infecté par ces virus, particulièrement les personnes qui travaillent ou qui pratiquent des activités à l'extérieur, pour qui les risques sont plus élevés. On peut se prémunir contre ces infections par des mesures simples de protection personnelle.

« La découverte des premiers moustiques infectés nous invite à faire preuve de prudence, et à prendre toutes les mesures possibles pour éviter de se faire piquer. Cela est d'autant plus important qu'en cette fin d'été se déroulent encore de nombreuses activités propices à nous exposer à des risques potentiels d'infection. J'invite également les gens à mieux contrôler leur environnement afin de limiter la présence des moustiques, dans un souci de prévention, à la fois pour eux, leur famille et leur voisinage », soulignait Horacio Arruda, directeur national de la santé publique.

Reconnaitre les symptômes

Dans la majorité des cas (80 %), les personnes infectées par le VNO ne présentent aucun symptôme. Certaines personnes peuvent toutefois développer des symptômes. Ceux-ci apparaissent de 2 à 14 jours après la piqûre d’un moustique porteur du virus. La gravité des infections au VNO varie.

Les symptômes bénins les plus fréquents sont :

  • maux de tête;
  • fièvre;
  • douleurs musculaires;
  • troubles gastro-intestinaux;
  • rougeurs sur la peau avec boutons;
  • gonflement des ganglions lymphatiques.

Moins de 1 % des personnes infectées par le VNO vont développer une forme grave de la maladie entraînant des troubles neurologiques. La méningite (infection des enveloppes du cerveau) et l’encéphalite (inflammation du cerveau) en sont des exemples et peuvent se manifester par les symptômes suivants :

  • maux de tête intenses ou inhabituels;
  • forte fièvre;
  • raideur de la nuque;
  • nausées ou vomissements;
  • somnolence;
  • confusion ou désorientation;
  • pertes de conscience et convulsions;
  • troubles de coordination;
  • faiblesse musculaire;
  • paralysie.

Comment se protéger

Les principales mesures de protection personnelle pour se protéger des moustiques sont d'utiliser un chasse-moustique à base de DEET ou d'icaridine et de porter des vêtements longs et clairs. On peut limiter la présence de moustiques dans son environnement en adoptant quelques mesures de contrôle simples et efficaces :

  • installer des moustiquaires aux portes et aux fenêtres de la maison et des abris extérieurs;
  • éliminer toutes les sources d'eau stagnante;
  • bien entretenir la piscine et son système de filtration;
  • couvrir les poubelles;
  • installer des moustiquaires sur les réservoirs d'eau de pluie.

En cas de doute d'infection, il est préférable d'appeler Info-Santé en composant le 811.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.