Publicité

12 janvier 2022 - 07:00

Il ne faut pas répéter les erreurs de la première vague estime l’AREQ

Les transferts de patients vers les CHSLD suscitent de l’inquiétude

Jean-Francois Desbiens

Par Jean-Francois Desbiens, Journaliste

L'Association des retraitées et retraités de l'éducation et des autres services publics du Québec (AREQ-CSQ) se dit très inquiète du retour de la pratique de transferts de patients vers les CHSLD.

L’organisme rappelle que cette stratégie dévastatrice a été funeste lors de la première vague avec 10 % des patients en CHSLD décédés de la COVID au Québec.

« Dans son rapport rendu public ce 23 novembre, la Protectrice du citoyen a dénoncé l'impact de milliers de lits qui ont été libérés dans les hôpitaux par des transferts de personnes hospitalisées vers les CHSLD. Cette pratique ayant fait entrer le loup dans la bergerie lors de la première vague fut à la source de milliers de décès. Et on nous propose aujourd'hui de répéter l'expérience? Cela n'a rien de rassurant », souligne Lise Lapointe, présidente de l'AREQ.

Omicron bien présent

Mme Lapointe ajoute avoir appris du même coup qu'en trois jours, les décès dans les CHSLD attribuables à la vague actuelle sont passés de 61 à 80. Il y a présentement 30 CHSLD en zone rouge, dont au moins 25 % de leurs résidents sont atteints du virus.

« Nous devrions concentrer nos efforts pour freiner la détérioration actuelle dans les CHSLD qui font face au variant Omicron. Or, le transfert des patients hospitalisés vers les CHSLD ajoute un risque et un fardeau à des établissements fragiles, en manque de ressources et dont les personnes hébergées sont les plus vulnérables de notre société. »

L'AREQ invite donc les décideurs et les gestionnaires du réseau à éviter de replacer les CHSLD dans l'angle mort. Les conséquences catastrophiques de la première vague devraient suffire pour réévaluer ces décisions, termine l’organisme.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.