X
Rechercher
Publicité

Crise du logement

« La CAQ est un gouvernement qui préfère rester passif et regarder le marché sans intervenir » - Marie-Claude Nichols

durée 06h00
20 avril 2022
Jessica Brisson
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par Jessica Brisson, Éditrice adjointe

Si la porte-parole de l’opposition officielle en matière d’habitation et députée de Vaudreuil, Marie-Claude Nichols, le dénonce depuis plus de deux ans, c’est n’est que maintenant que le gouvernement caquiste admet que le Québec vit bel et bien une crise du logement.

« Ça fait deux ans que nous rapportons à la ministre [Andrée Laforest, ministre de l’Habitation et des Affaires municipales] les données catastrophiques sur le taux d’inoccupation dans l’ensemble du Québec. Elle a pu constater l’ampleur de la crise du logement en 2021 en laissant plusieurs centaines de ménages à la rue et pour lesquels ce sont les municipalités qui ont créé des cellules d’urgence pour aider nos citoyens », indique Mme Nichols.

Les plus récentes données publiées par la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) prouvent qu’au moins 14 villes de 40 000 habitants et plus se retrouvent sous le seuil fatidique d’inoccupation de 1%. Soulignons que selon Québec, on parle d’un marché locatif équilibré quand le taux d’inoccupation oscille autour de 3%.

Parmi les villes citées dans le rapport de la SCHL, Salaberry-de-Valleyfield présente un taux de 0,7%. C’est donc dire que la situation est critique sur le territoire à quelques semaines de la période des déménagements.

« La CAQ est un gouvernement qui préfère rester passif et regarder le marché sans intervenir pendant que plusieurs ménages n’arrivent tout simplement plus à se loger », ajoute Marie-Claude Nichols.

Une solution datant d’une autre époque

Si l’accès à un logis est difficile, en trouver un à un prix abordable l’est encore plus. Afin de soutenir les locataires dans le besoin, la ministre Laforest a présenté en février dernier son nouveau Programme d’habitation abordable du Québec (PHAQ).

Or, pour la députée de Vaudreuil, ce programme de 300 M$ ne changera en rien la situation, du moins, pas à moyen terme. Selon Mme Nichols, le nouveau PHAQ a été mis en place pour succéder au programme AccèsLogis et les investissements annoncés sont grandement insuffisants.

« Plutôt que de créer une nouvelle structure, en pleine crise du logement, le gouvernement aurait dû moderniser et mieux financer le programme AccèsLogis, qui fait ses preuves depuis 25 ans », laissait entendre la députée.

 

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


30 avril 2022

Claude DeBellefeuille discute de la réforme du régime de l'assurance-emploi

La députée fédérale de Salaberry-Suroît, Claude DeBellefeuille accueillait ce vendredi ses collègues de la Chambre des communes Louise Chabot,  députée de Thérèse-De Blainville et porte-parole du Bloc Québécois en matière de Travail, Emploi, Développement de la main-d’œuvre et Inclusion des personnes en situation de handicap et Alain Therrien, ...

27 avril 2022

Loi sur les nouvelles en ligne: Facebook a de sérieuses inquiétudes

Le géant numérique Meta dit avoir de «sérieuses inquiétudes» concernant le projet de loi sur les nouvelles en ligne du gouvernement fédéral, qui obligerait les entreprises technologiques à indemniser les médias pour la réutilisation de leur travail sur les plateformes de médias sociaux. Rachel Curran de Meta Canada a indiqué mardi devant un ...

26 avril 2022

Émilie Poirier sera candidate Québec Solidaire dans Beauharnois

C’est Émilie Poirier qui défendra les couleurs de Québec solidaire dans la circonscription de Beauharnois, lors des élections du 3 octobre prochain. Elle a été choisie à l’unanimité par les membres du comté, réunis ce mercredi au café culturel de la Factrie.  Québec Solidaire tient sa candidate pour Beauharnois : Émilie Poirier. Originaire de ...