Publicité

20 mai 2021 - 05:00

Initiative de l'UMQ pour attirer les jeunes en politique municipale

Maude Laberge est l'une des 17 mentors de la campagne Ose le municipal

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Via sa campagne « Ose le municipal », l’Union des municipalités du Québec (UMQ) espère inciter les jeunes à faire le saut dans l’arène politique locale.  Pour diminuer les appréhensions des futurs candidats face au rôle d’élu municipal, l’instance met à leur disposition 17 mentors reconnus, qui cumulent de nombreuses années d’expérience en politique. Parmi eux, Maude Laberge, mairesse de Sainte-Martine et préfète de la MRC de Beauharnois-Salaberry.

« J’ai accepté ce rôle parce qu’il y a un déficit de jeunes impliqués en politique municipale, mais plus particulièrement de jeunes femmes. Un récent sondage démontre que les élus de moins de 35 ans qui sont actifs sur la scène municipale présentement au Québec représentent seulement 8,3%. Il reste donc du travail à faire pour convaincre les jeunes de se lancer », précise-t-elle d’entrée de jeu en entrevue avec Néomédia celle qui mettra un terme à 12 ans d’implication en politique municipale en novembre prochain.

Pour Maude Laberge, une plus grande participation des jeunes dans le milieu municipal pourrait assurer une juste représentativité de la population, en plus de permettre une diversité de points de vue dans les instances décisionnelles.

« Mon message pour les jeunes est le suivant: vous pouvez faire la différence dans votre communauté. L’un des enjeux qui freinent plusieurs jeunes femmes au moment de tenter l’expérience est la conciliation travail-famille. Personnellement, lors de mon premier mandat, mon aînée avait un an et demi. Je suis tombée enceinte et j’ai accouché de ma cadette pendant mon mandat et je ne le regrette pas. C’est possible de concilier les deux aspects et j’espère pouvoir rassurer les jeunes femmes qui m’écriront sur le sujet. »

L’objectif derrière cette initiative de l’UMQ est de créer autour des jeunes intéressées à se présenter en politique municipale un réseau de contacts rassemblant des expériences riches et diversifiées.

Communication par courriel, visioconférence ou téléphone

Comment fonctionne concrètement la communication avec les mentors? Les personnes intéressées par un échange avec l’un d’eux peuvent écrire à l’adresse [email protected] Par la suite, leurs questions ou interrogations seront adressées à l’un des 17 mentors et ils recevront une réponse ou des conseils par courriel, vidéoconférence ou téléphone.

Notons que les 17 mentors qui participent au projet le font bénévolement et que ce sont tous des candidats sortants aux prochaines élections. « Sinon, ce serait particulier de donner des conseils à un adversaire ou de bénéficier d’une visibilité supplémentaire à l’approche de la campagne électorale. Si je reçois des questions de candidats de ma région, je vais les référer à des collègues ou demeurer très général dans mes réponses. »

17 % des jeunes sondés veulent se présenter 

Un récent sondage mené par l'UMQ entre le 12 et le 26 avril dernier auprès de 173 répondants permet de tirer les constats suivants; 

- 65,5% des jeunes sondés ont voté lors des dernières élections municipales;

- Près de 9 jeunes sondés sur 10 ont l'intention d'aller voter aux élections de novembre;

- Près de 17% des jeunes répondants sont intéressés à se présenter aux élections municipales de novembre, dont 12,8% qui ont confirmé se présenter;

- En général, la volonté de se présenter semble plus forte chez les hommes et les personnes impliquées dans le milieu communautaire ou politique. 

Les personnes potentiellement intéressées à poser leur candidature pourront en apprendre davantage sur les différentes étapes d’une campagne électorale municipale et les impondérables avant de se lancer officiellement en naviguant sur le site oselemunicipal.ca ou en aimant la page Facebook de la campagne.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.