Publicité

18 décembre 2020 - 12:00

Bilan des réalisations des derniers mois marqués par la COVID-19

Une année particulière, mais jalonnée de projets réalisés pour Claude Reid

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Une année particulière et inoubliable. Voilà comment le député de Beauharnois, Claude Reid décrit l’année qui s’achève et dans la foulée la session parlementaire automnale qui a pris fin le vendredi 11 décembre. Malgré tout, plusieurs dossiers ont été menés à terme dans le comté et 2021 s’annonce tout aussi chargée.

Rappelons que c’est au premier quart de cette année, soit en mars dernier et plus particulièrement l2 du mois que le Québec a été mis sur pause par la Coalition Avenir Québec, parti auquel est affilié M. Reid.

Une année marquée par la mise sur pause de l’économie

« Le premier ministre a dû prendre la décision difficile, en mars dernier, de mettre le Québec sur pause pour se prémunir contre la COVID-19. La situation mondiale évoluait rapidement et on a dû faire le nécessaire pour freiner au maximum la propagation de la maladie chez nous. À ce moment-là, ç’a été un véritable branle-bas de combat ici au bureau de comté. Il y a de nombreux appels de gens inquiets à propos de cet arrêt de l’économie », raconte l’élu.

Dès la mi-mars, des entrepreneurs, organismes et des citoyens ont été nombreux à appeler au bureau de comté de M. Reid en quête d’aide et de réponses à leurs questions. « Ça été comme cela jusqu’à la mi-mai, quand nous avons commencé à dévoiler les programmes de soutien financiers pour eux. Un soulagement s’est alors fait sentir et le personnel de mon bureau de comté a vu le nombre d’appels et de prise en charge diminuer énormément », ajoute-t-il.

Loin de s’imaginer qu’il vivrait une pareille situation lorsqu’il a brigué le poste de député de Beauharnois, Claude Reid, estime qu’il a beaucoup appris de la situation actuelle. « C’est imprévisible comme situation, mais ça m’a fait plaisir d’être là pour guider mes concitoyens. Oui, ç’a été une période difficile pour tout le monde, mais ça fait partie de mon rôle de député. J’estime qu’on s’en est bien tiré malgré tout même s’il reste du travail à faire en 2021. »

Une année marquée par l’adaptation

Chamboulée par la COVID-19, la session parlementaire du printemps a pris un virage particulier. Dès le commencement de cette première vague, les activités ont été arrêtées au Parlement de Québec. Toutes les rencontres se faisaient désormais en mode virtuel. « Les commissions parlementaires aussi avaient lieu en virtuel. Je pense que ce qui a été le plus dur, c’est que nous sommes une équipe, mais que chacun est dans son comté. Nous n’avons pas trop eu le temps d’y penser dans la première vague, mais on le réalise plus maintenant. On a hâte de pouvoir se revoir en personne. Malgré tout, on continue à servir les intérêts des Québécois et des citoyens de nos comtés », lance-t-il.

En août dernier, les travaux parlementaires ont repris en direct du parlement, mais avec une pléiade de mesures à respecter. « Moins de députés étaient présents en Chambre contrairement à d’habitude et une désinfection rigoureuse des lieux communs était effectuée entre chaque vote ou chaque période de questions. Des plexiglas ont été installés dans certaines salles. Chacun dînait dans son bureau et les corridors du parlement étaient vides, c’était bizarre. »

Plusieurs réalisations cette année en dépit de la situation

Malgré le contexte particulier de cette année 2020 qui s’achève, plusieurs projets ont été confirmés dans le comté.

Le premier changement noté par M. Reid est le départ d’un membre de son équipe, Vickie Courchesne qui est maintenant à l’emploi de la ministre Chantal Rouleau. Cette dernière a été remplacée au bureau de circonscription par Dominic Roy. « On est très content qu’il se soit joint à nous. C’est définitivement un atout pour notre équipe », confie-t-il.

Des belles annonces ont aussi eu lieu dans le comté. M. Reid relate entre autres celle effectuée au Port de Valleyfield, en juin 2019, mais qui verra le jour quelque part en 2021. « L’agrandissement d’un des quais existant pour augmenter la capacité d’accostage des navires est un projet attendu depuis longtemps. Il en était question dès 1994 alors que mon père était président du conseil d’administration du Port de Valleyfield. Je suis content d’avoir pu contribuer à la réalisation de ce chantier important pour la région », mentionne-t-il.

En août de cette année, le ministre des Transports, François Bonnardel, a aussi visité l’endroit pour y discuter, avec Claude Reid, d’un projet-pilote qui verra bientôt le jour sur place. « Nous avons discuté de cabotage qui est du transport par bateau, mais sur de courtes distances. Par exemple, de Port Cartier à Salaberry-de-Valleyfield. Il y en a très peu au Québec et on veut le mettre de l’avant prochainement en accord avec le plan Saint-Laurent de M. Legault. »

Un autre des projets confirmés en 2020 par M. Reid et son parti dans le comté est l’agrandissement de la polyvalente de la Baie-Saint-François. À terme, le projet aura nécessité des investissements de 32 M$ et aura permis l’ajout de 20 classes et trois gymnases. « C’est plus que nécessaire pour répondre à la croissance démographique de Salaberry-de-Valleyfield. C’est l’un de nos beaux coups en matière d’éducation », se réjouit M. Reid.

Homme impliqué depuis longtemps dans sa communauté, avant même son élection, Claude Reid est aussi content d’avoir pu aider le Centre Insulaire au début 2020 après l’incendie qui a ravagé le local de l’organisme. Le député qui s’est mobilisé avec ses collègues a remis une somme de près de 50 000$ à l’organisme. «  Ça m’a rappelé quand je travaillais chez Desjardins et que j’aidais les gens de la communauté. J’adore le faire, c’est toujours un plaisir. »

Enfin deux autres dossiers importants pour la région ont aussi ponctué l’année 2020 de Claude Reid. Le premier est le pont Monseigneur-Langlois, dossier qui connaîtra un dénouement temporaire dans quelques mois. « Nous sommes a finalisé le dossier, mais une interdiction de circulation pour les camions de transit sera positionnée sur cette artère routière pour la désengorger de toute circulation superflue. Le seul camionnage qui y circulera sera local. Cette solution sera temporaire, mais pourrait être en place quelques années, soit jusqu’à la reconfiguration complète du boulevard Monseigneur-Langlois », résume-t-il.

Selon des études de circulation tenues à cet endroit, une moyenne de 3500 camions y circule par jour alors que 33 000 véhicules empruntent le pont Mgr-Langlois quotidiennement. Cette nouvelle mesure permettrait de réduire, la circulation  d’environ, 1500 camions de transit par jour.

Le dernier dossier et non le moindre sur lequel Claude Reid a travaillé dans les derniers mois a une touche personnelle pour lui. Il s’agit du Camp Bosco, où il allait marcher et courir dans sa jeunesse. C’est une somme de 656 000$ qui a été investie par le palier provincial et par différents partenaires pour relancer cet endroit important dans le comté. Fait intéressant: il y a de nombreuses années, Claude Reid était impliqué dans la relance de l’endroit, sans se douter que plusieurs années plus tard, il y contribuerait de façon significative.

En terminant, quel message M. Reid veut-il adresser à ses concitoyens? « Je veux les remercier de suivre les consignes de santé publique, ça a contribué au contrôle des cas et des hospitalisations dans la MRC de Beauharnois-Salaberry. Merci de continuer à le faire en 2021 et bravo pour la résilience dont vous faites preuve. Les beaux jours arrivent, il faut garder le moral », conclut-il.

À venir dans les prochaines semaines, une autre entrevue avec M. Reid qui nous parlera des principaux dossiers à venir dans le comté en 2021.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.