Publicité

26 août 2020 - 09:00

Réaction officielle

Décision de l’OMC sur le bois d’œuvre : le Bloc Québécois se réjouit à son tour

Par Salle des nouvelles

Dans un communiqué, le Bloc Québécois se réjouit de la décision de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) concernant les droits appliqués par les États-Unis aux importations de bois d’œuvre résineux canadien.

« Tout le monde savait que les pratiques forestières québécoises ne contrevenaient en rien aux règles de commerce. Le gouvernement fédéral voit l’OMC lui sauver la face alors qu’il a négocié un nouvel accord commercial sans même s’être assuré de libérer le bois canadien et québécois de ce fardeau malveillant », soutient Yves-François Blanchet.

Depuis plusieurs années, l’industrie américaine se dit victime d’une concurrence déloyale de la part l’industrie du bois d’œuvre canadien.

Ainsi, en 2017, le Département du commerce des États-Unis (DOC) a ordonné l'imposition de droits compensateurs et antidumping pouvant atteindre un taux moyen de 20,23 % sur le bois d'œuvre canadien. La décision de l’OMC vient donc invalider l’imposition de ces tarifs.

Selon le Bloc Québécois, la décision de l’OMC confirme que les sommes retenues en fiducie aux États-Unis sont, en fait, un actif appartenant aux compagnies forestières canadiennes.

Bouffée d'air frais

« La décision de l’OMC est une excellente nouvelle pour l’industrie forestière au Québec. Cette victoire est une véritable bouffée d’air frais! Le Québec doit recevoir sa juste part des montants au prorata des exportations, notamment pour permettre de sécuriser des milliers de travailleurs », se réjouit Mario Simard, porte-parole du Bloc Québécois en matière de Ressources naturelles.

Ces montants pourraient également servir de levier pour revitaliser l’industrie forestière selon lui.

Le Bloc Québécois espère tout de même que le gouvernement fédéral ne conviendra pas d’une entente à rabais avec le gouvernement américain.

« En 2006, Ottawa a plié devant les États-Unis en acceptant de réduire sa réclamation d’un milliard de dollars. C’est de l’argent qu’on aurait pu récupérer. Pas question que ça coûte une fois de plus un milliard de dollars à notre industrie », a conclu Simon-Pierre Savard-Tremblay, porte-parole du Bloc québécois en matière de Commerce international.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.