Publicité

12 juin 2020 - 09:00

Une somme de 1, 4 milliard de dollars dort à Ottawa

Logement social dans Salaberry-Suroît : le fédéral doit débloquer rapidement les sommes dues au Québec

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

La députée de Salaberry-Suroît, Claude DeBellefeuille, accompagnée du porte-parole du Bloc Québécois en matière de Solidarité sociale, Denis Trudel, a organisé une tournée sur l’enjeu du logement social. Les députés bloquistes ont rencontré virtuellement une quinzaine d’acteurs du logement social du comté.

Le Bloc Québécois, à l’instar de tous les partis à l’Assemblée nationale, exige le transfert immédiat et sans condition de 1,4 milliard de dollar dû au Québec en matière d’habitation. Ce montant dort à Ottawa. D’ailleurs, monsieur Trudel a déjà publiquement et officiellement intervenu auprès du Premier ministre canadien, afin de régler une bonne fois pour toute, le transfert des sommes dues au Québec. « Pendant que des rubans sont coupés partout au Canada, ici, nos projets essentiels ne peuvent être mis de l’avant à cause de l’entêtement du fédéral » explique-t-il.

« Nous nous en doutions, mais cette tournée nous l’a confirmé : nous avons des besoins criants en matière de logement social. Dans la circonscription, on parle d’environ 1 000 logements abordables et sociaux qui manquent afin de répondre aux besoins des aînés, des familles et des personnes les plus vulnérables. Les responsables rencontrés ont non seulement la connaissance fine des enjeux, mais surtout des solutionsv» indique madame DeBellefeuille.

La tournée a permis de mettre en lumière les enjeux suivants :

1) Le parc immobilier en logement social est actuellement vieillissant. Les partenaires sont inquiets pour assurer l’entretien et le maintien des logements déjà existants;

2) Des besoins particuliers en milieu ruraux ont été identifiés. Par exemple, il n’y a aucun logement social destiné aux familles dans le secteur Soulanges;

3) Des enjeux quant à la mise de fond demandée aux promoteurs des projets et la disponibilité des terrains nécessaires à la construction de nouveaux logements;

4) Le confinement dû à la pandémie a révélé les besoins de soutien psychosocial;

5) Le besoin d’avoir des programmes mieux adaptés et animés entre Ottawa et Québec

Les négociations sur l’entente sont au point mort

Rappelons que la Stratégie nationale sur le logement (SNL) a été signée en 2017 avec l’ensemble des provinces, sauf le Québec. Il s’agissait d’une entente de plus de 55 milliards de dollars, dont environ 1,4 milliard était destiné au Québec dans le cadre particulier de l’investissement fédéral dans les programmes de logement provinciaux et territoriaux. Or, faute d’entente sur les modalités et les critères à respecter, Québec attend encore les fonds. « Cet argent aurait pu faire une grande différence s’il avait été débloqué il y a 3 ans ! Le problème c’est que le gouvernement fédéral veut imposer ses conditions avec une vision mur-à-mur qui ne correspond pas aux besoins du Québec. La SNL est une stratégie développée autour du concept de logement abordable au détriment du concept de logement social et communautaire, modèle prôné par Québec », soutient Denis Trudel.

Madame DeBellefeuille est satisfaite de cette rencontre qui a permis de bien identifier les enjeux et les pistes de solutions afin de répondre aux besoins criants de logements sociaux dans la circonscription. « On a la chance de compter sur un réseau de partenaires dévoués et compétents : il ne reste qu’à faire attendre raison au gouvernement fédéral » conclu la députée.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.