Publicité

20 avril 2020 - 11:54 | Mis à jour : 13:08

COVID-19

Ottawa rend hommage aux victimes de la Nouvelle-Écosse

Par Inès Lombardo, Journaliste

Alors que le Parlement est de retour pour siéger aujourd'hui afin de trouver un compromis sur la reprise des travaux parlementaires en temps de pandémie, le Premier ministre Trudeau a rendu un long hommage aux victimes de la tuerie en Nouvelle-Écosse et à leurs proches. Un projet sur le resserrement de l'utilisation des armes à feu pourrait être déposé, probablement après la pandémie. 

Au nom de tous les Canadiens, Justin Trudeau a exprimé sa tristesse à la suite de la tuerie qui a eu lieu en Nouvelle-Écosse ce week-end. Pour l'heure, on dénombre 18 morts, dont une membre de la GRC, Heidi Stevenson. L'enquête se poursuit, la GRC partagera les développements de l'enquête à son rythme.

Une veille virtuelle pour rendre hommage aux morts

« Nous sommes désolés pour vous, a-t-il renchéri, s'adressant directement aux familles des victimes. La violence n'a aucune place au Canada. Une telle tragédie n'aurait pas dû se produire. Nous partageons votre deuil ». Avec une pensée de rétablissement aux blessés, il a assuré qu'une veille est prévue vendredi soir à 19h sur le groupe Facebook Colchester - Supporting our communities pour les Canadiens qui voudront rendre hommage aux victimes.

Alléger les consignes de confinement pour permettre les funérailles en Nouvelle-Écosse n'est donc pas à l'ordre du jour.  « Je sais à quel point  c'est douloureux pour les famille, a ajouté Justin Trudeau. En même temps, des milliers de Canadiens ont perdu des être chers du fait de la COVID-19, d'un cancer ou d'autres causes et ils n'ont pas été en mesure de se rassembler. Il faut s'assurer qu'on est là les uns pour les autres dans ces moments tragiques mais nous devons aussi être certains de ne pas faire courir le risque de contagion ». 

Pour éviter de « faire un cadeau » à l'auteur de cette tuerie, il a expressément demandé aux médias de ne diffuser ni sa photo ni son nom pour rester concentré sur les victimes et leurs proches.

Cette tragédie faisant écho à la pandémie, selon le premier ministre, un « chagrin s'ajoute au-dessus d'un autre». Il en a profité pour saluer au passage le professionnalisme et le courage des premiers intervenants; la police, les pompiers et les soignants.

Vers un projet de loi sur les armes à feu ?

À la suite de ce drame, la question d'un resserrement des armes à feu a rapidement été posée au premier ministre. Au-delà des engagements déjà pris lors de la campagne électorale, il a rappelé l'interdiction d'utiliser des  fusils d'assaut. 

Par ailleurs, selon lui, un projet de loi pour restreindre les armes à feu était en cours de construction la veille de la pandémie. La crise l'aurait reporté. Il ne s'est toutefois pas avancé sur la période de futur dépôt de ce projet, se contentant de préciser que ce serait surement après la pandémie.

Le « bon espoir » de Trudeau pour un compromis au Parlement aujourd'hui

Dans ce contexte doublement tragique au Canada, l'attitude des parlementaires est grandement pointée du doigt. Si la plupart des partis se sont mis d'accord sur le fait de se réunir une fois par semaine à la Chambre des communes avec un nombre réduit de députés, les conservateurs réclament trois séances hebdomadaires.

Justin Trudeau à prévenu les journalistes présents : « Je ne veux pas ergoter aujourd'hui. Nous travaillons ensemble pour trouver une façon de protéger et défendre notre démocratie. J'ai bon espoir que nous allons trouver un compromis ce soir. »

 

À lire également:

De l'aide supplémentaire des Forces armées canadiennes au Québec

La frontière entre le Canada et les États-Unis restera fermée encore 30 jours

 

 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.