Publicité
26 février 2020 - 15:06 | Mis à jour : 15:16

En cas de maladies graves

Claude DeBellefeuille et son parti veulent allonger la durée des prestations d'assurance-emploi

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Ce lundi 24 février, la députée de Salaberry-Suroît, Claude DeBellefeuille s’est levée à la Chambre des Communes pour déposer un important projet de loi au nom de son parti. Celui-ci vise à bonifier de 15 à 50 semaines l’admissibilité de l’assurance-emploi pour les personnes atteintes de maladies graves comme le cancer.

S’il est adopté dans quelques mois, ce projet de loi englobera aussi les personnes atteintes de maladie grave dont la guérison ou les traitements prennent de plus de temps que prévu. « Par exemple, quelqu’un qui a une greffe de peau et dont la guérison est plus lente qu’anticipée pourrait profiter de cette bonification. Bref, toute personne nécessitant des soins spécialisés ou des traitements ayant des conséquences l’empêchant d’effectuer un retour progressif au boulot pourrait aussi en être bénéficiaire pendant presque un an », précise la principale intéressée qui représente le comté à Ottawa.

Plusieurs étapes à franchir avant son adoption

Bien que le projet de loi ait été déposé cette semaine, son adoption officielle pourrait prendre encore plusieurs mois. « Au cours des prochaines semaines, le sujet sera débattu en Chambre. Nous tenterons de mettre de la pression sur le gouvernement Trudeau puisqu’une motion en ce sens a été adoptée à majorité la semaine dernière, sauf par les Libéraux. Ces discussions se tiendront cet automne », ajoute-t-elle.

Si le gouvernement Trudeau donne son aval, le projet pourrait figurer au prochain budget déposé par son ministre des Finances. « À ce stade-ci, c’est difficile de prévoir la mécanique entourant ce projet de loi après son adoption. Par exemple, est-ce que ce sera rétroactif pour les gens qui en bénéficient lors de l’adoption? Ce sera à déterminer. Pour le moment, on veut s’assurer de rendre justice aux gens malades qui ont besoin de ce revenu pour payer leurs factures en temps difficile », confie-t-elle.

Une bonification du programme existant

De nos jours, tout travailleur qui perd son emploi pourra recevoir une aide financière de l’assurance-emploi pendant 50 semaines. « Si ce même travailleur est malade, il en recevra, mais seulement pour 15 semaines. C’est une iniquité parce que dans les deux cotisent et devraient en recevoir autant. Ce n’est pas tous les gens malades qui profiteront de cette bonification, mais ceux qui en auront besoin pourront le faire sans se soucier de manquer d’argent pour couvrir leurs dépenses mensuelles. »

Ce projet de loi a autant plus de raisons d’exister que les travailleurs en région rurale qui reçoivent des traitements de chimiothérapie ou autre doivent souvent se rendre dans les métropoles. « Ici, dans le comté, le service OVPAC peut les accompagner, mais pas sans frais. C’est donc une dépense supplémentaire pour eux. On demande simplement au gouvernement actuel de faire preuve de compassion envers eux », conclut-elle.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.