Publicité
22 février 2020 - 06:00

Négociations en cours pour obtenir de meilleures conditions de travail

La CSQ et la FIPEQ-CSQ dénoncent sans nuance les propos du ministre de la Famille

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Les présidentes de la CSQ et de la FIPEQ-CSQ, Sonia Ethier et Valérie Grenon dénoncent sans nuance les récents propos du ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, quant à l’égalité homme femme. Dans un commentaire Twitter, l’élu a nié le retard salarial des femmes en milieu de travail et laisse entendre que l’égalité entre les hommes et les femmes est atteinte.

Cette déclaration a été faite le jour même où des dizaines de responsables en services éducatifs à la petite enfance étaient dans les rues pour manifester, en marge de leur négociation avec le ministère de la Famille pour l’obtention de meilleures conditions de travail.

Parmi les endroits visités par les manifestantes, on retrouvait les bureaux de la ministre responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest. L’objectif de la tenue de cette action visait à lui demander qu’elle intervienne auprès de ses collègues masculins pour offrir de meilleures conditions de travail aux femmes responsables en services éducatifs (RSE) en milieu familial.

Un commentaire rétrograde selon les intervenantes

Face au commentaire du ministre, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ) se sont dites estomaquées.

Voici le commentaire textuel de l’élu rédigé le vendredi 21 février sur Twitter:  « C’est dommage de voir ce genre d’argument être utilisé. Au Québec, les femmes et les hommes sont égaux, on s’entend tous là-dessus. Remettre cela en question est franchement désolant. Ne mélangeons pas les choses et négocions de bonne foi. »

Les présidentes de la CSQ et de la FIPEQ-CSQ, Sonia Ethier et Valérie Grenon, rappellent que les enjeux concernant les femmes sont encore d’actualité et qu’il existe encore un nombre important d’inégalités criantes entre les hommes et les femmes, notamment sur le plan salarial.

« Soutenir que l’égalité entre les hommes et les femmes est acquise au Québec en 2020, c’est rétrograde. En laissant entendre que sa collègue ministre responsable de la Condition féminine n’a pas sa place dans un débat public portant sur le retard salarial vécu par des milliers de femmes, le ministre de la Famille prouve qu’il est déconnecté et qu’il vit sur une autre planète. Les enjeux de condition féminine sont pourtant d’actualité et ne manquent pas : violence conjugale, absence de parité dans les lieux de pouvoirs, et disons-le, les retards salariaux des RSE en milieu familial, ne sont que quelques-unes des innombrables inégalités de traitement qui perdurent encore en 2020 », dénonce Sonia Ethier.

« Avec des offres dégradantes en bas du salaire minimum pour les milliers de femmes RSE en milieu familial, le ministre de la Famille se fait complice du retard salarial des femmes. Pour couronner le tout, il nous reproche aujourd’hui d’interpeller sa collègue ministre responsable de la Condition féminine. C’est insultant, irresponsable et à côté de la plaque! En hausses salariales, le ministre offre l’équivalent de deux gommes ballounes par jour (60 sous) aux femmes RSE. On demande à la ministre de la Condition féminine, Isabelle Charest, de ramener immédiatement à l’ordre son collègue. Il est urgent qu’elle le rencontre pour le mettre à jour sur les réalités vécues par les femmes au Québec en 2020 », explique Valérie Grenon.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.