Publicité
15 mai 2019 - 07:00

Un comité d'expert est mis en place

La CAQ prépare sa politique d'hébergement et de soins de longue durée

Par Jessica Brisson, Journaliste

C'est le mardi 14 mai que la Coalition Avenir Québec, parti dont le député de Beauharnois, Claude Reid est membre, lançait les travaux qui mèneront à l'élaboration de la toute première politique en matière d'hébergement et de soins longue durée. 

L'annonce de cette nouvelle étape franchie dans ce dossier a été faite par la députée de Soulanges et adjointe parlementaire de la ministre de la Santé et des Services sociaux, Marilyne Picard et par la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais ainsi que par le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant. 

Bien que plusieurs options d’hébergement de soins de longue durée soient disponibles au Québec, auparavant, aucun gouvernement ne s’était doté d’orientations générales pouvant s’appliquer à tous les types d’hébergement de soins de longue durée ainsi qu’à toutes les clientèles susceptibles d’y résider.

Le nouveau gouvernement prend donc l’initiative de lancer les travaux de cette politique, au bénéfice des personnes aînées en perte d’autonomie, des personnes ayant un trouble neuro-cognitif majeur et des personnes vivant avec une déficience intellectuelle, physique, un trouble du spectre de l’autisme, un problème de santé mentale ou une dépendance.

La démarche proposée par le gouvernement vise, à terme, à proposer une approche novatrice qui sera davantage adaptée aux besoins des différentes clientèles hébergées, basée sur les meilleures pratiques. La mise en place d’un comité d’experts, composé de personnes détenant une expertise complémentaire, est la première étape des travaux. Ce comité aura pour mandat de participer activement à l’élaboration de la politique et du plan d’action qui s’ensuivra. 

« Nous sommes en train de jeter les bases de beaux changements, de grands changements pour toutes les personnes qui ont besoin d'hébergement de longue durée, notamment les personnes vivant avec une déficience, un trouble du spectre de l’autisme ou ayant un trouble neuro-cognitif majeur. Je suis évidemment très sensible à ce que vivent ces personnes et leurs proches, et je suis fière que notre gouvernement se penche enfin sur cet enjeu des plus importants », de dire la députée de Soulanges et adjointe parlementaire de la ministre de la Santé et des Services sociaux, Marilyne Picard.

Pour des milieux d'hébergement de longue durée inclusifs

La politique exposera des orientations et des principes directeurs sur lesquels devra se baser l’offre de service dans les milieux d’hébergement de longue durée. 

Ces milieux de vie doivent favoriser la santé et le bien-être des personnes hébergées, l’inclusion et la participation sociale, de même que le développement, le maintien et le recouvrement des capacités des personnes. Les orientations seront basées sur une vision novatrice centrée sur la qualité de vie, sur la reconnaissance et la personnalisation des besoins ainsi que sur la participation sociale de tous les résidents. 

En plus du comité d’experts qui sera composé de gestionnaires responsables de l’animation du comité, de conseillers, de chercheurs, d’experts et de gestionnaires stratégiques et tactiques de différents programmes-services, un comité consultatif sera mis sur pied et ses travaux débuteront cet été.

Ce dernier aura pour mandat de conseiller le ministère de la Santé et des Services sociaux dans l’élaboration de la politique et de son plan d’action, de commenter et de valider les travaux du comité d’experts et d’émettre des recommandations.

Le dépôt de la politique d’hébergement et de soins de longue durée est prévu au cours de l’année 2020. Un plan d’action sera ensuite présenté afin d’actualiser la mise en œuvre des orientations dans tous les milieux concernés.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.