Publicité

12 janvier 2022 - 15:00 | Mis à jour : 15:15

Sondage

Pour ou contre la contribution santé aux non-vaccinés ?

Benjamin Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

Le gouvernement de François Legault a annoncé ce mardi qu’il imposerait une « contribution santé » aux personnes n’ayant pas reçu leur première dose de vaccin contre la COVID-19 pour des raisons non médicales. Cette mesure soulève toutefois des questions éthiques importantes. 

Le montant et la façon dont sera exigée cette taxe seront dévoilés ultérieurement. Le premier ministre François Legault a tout de même affirmé qu'il s’agira d’un montant significatif en point de presse mardi.

Cela pourrait par exemple être déterminé en fonction des revenus d’une personne lors de sa déclaration d’impôts. Un montant ne serait pas exigé au moment de recevoir des soins, selon des analystes. 

Pour M. Legault, cette mesure vise à limiter le fardeau fiscal des personnes non-vaccinées sur le système de santé. Ces dernières, qui représentent approximativement 10 % de la population, sont responsables de la moitié des hospitalisations aux soins intensifs à l’heure actuelle.

L’application d'une telle contribution pose cependant des problèmes sur le plan éthique, dont l’accès universel à des soins, un fondement de la Charte canadienne des droits et libertés. Certains craignent que cela ouvre la porte à d’autres types de primes en fonction de comportements à risque comme le tabagisme.

Des experts ont également mis en doute son efficacité depuis hier. Parmi les 10 % non-vaccinés, on ne compte pas que des antivaccins, mais aussi des gens plus vulnérables comme des personnes en situation d’itinérance, des personnes souffrant de problèmes de santé mentale ou encore des nouveaux arrivants qui n’ont pas une aisance avec le réseau de la santé québécois.

Québec devra ainsi préciser les détails de cette mesure. Et vous? Êtes-vous pour ou contre la contribution santé aux non-vaccinés?

Répondez au sondage disponible ici

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.