Publicité
19 mars 2020 - 10:00

Billet

Ode aux employés d'épiceries

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

On parle beaucoup, et avec raison, du personnel soignant depuis quelques jours. Dans le contexte actuel, nos infirmières, infirmiers médecins, urgentologues, bref tous les membres du réseau de la santé font un travail exceptionnel. Mais aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’un secteur de l’industrie et de ses employés qui ne font pas relâche, qui s’exposent quotidiennement aux risques de la COVID-19 et à qui malheureusement on ne pense pas assez souvent. Je parle ici, des employés des supermarchés. J’avoue que j’ai un parti pris...puisque je suis mariée à l’un d’eux.

Chaque jour, les employés d’épicerie s’assurent que les présentoirs sont pleins, que les tablettes sont remplies et qu’il ne manque rien, surtout pas de papier de toilette. Si on regarde la logique des choses, leur travail nous permet, en quelque sorte, de nous nourrir. D’ailleurs, si se nourrir est un besoin essentiel, pourquoi le travail des employés des marchés d’alimentation ne l’est pas lui? La question se pose aussi pour les chauffeurs d’autobus quant à moi et plusieurs autres professions, mais bon c’est une autre histoire.

Revenons à nos moutons. Tous les jours, les gens se rendent dans les épiceries, parce que tu sais, il faut manger et avec les enfants à la maison, ce n’est pas long que tu vois le fond du réfrigérateur et de l’armoire. 

Soyons réalistes, quand les gens se précipitent dans les magasins d’alimentation craignant l’apocalypse, la règle du 250 personnes maximum dans un lieu fermé devient ingérable et encore plus, celle du rassemble de 50 personnes et plus. Je ne vous parle même pas, ici, de la distance sécuritaire qu’il faut garder entre les personnes, on oublie ça, impossible.

Chaque jour, des gens contaminés, ou pas, parcourent les allées d’épicerie. Ils tâtent les fruits et les légumes, touchent les paniers, manipulent les produits sur les tablettes, paient encore avec de l’argent comptant, font emballer leurs emplettes dans leurs propres sacs réutilisables, et bien souvent, s’arrêtent pour faire un brin de jasette avec les employés du commerce. Les commis, caissières, emballeurs, boulangers, bouchers ont aussi des familles à protéger. 

Donc aujourd’hui, j’ai envie de leur dire merci! 

Merci à vous, les employés des grandes chaînes d’alimentation ou des petits marchés locaux. Sans vous, sans votre travail quotidien, votre présence, il serait encore plus difficile de rassasier nos enfants toujours affamés. 

Je crois que tout comme le personnel soignant, il est primordial d’aider les épiciers et leurs équipes à nous aider, en respectant les mesures mises en place par le gouvernement. On évite de s’y rendre régulièrement, dans la mesure du possible, on essaie d’y aller seul et s’il vous plait, on oublie la sortie de couple hebdomadaire pour les courses. Pourquoi ne pas faire d’une pierre deux coups, en offrant à nos voisins d’y aller pour eux, ça évite qu’une personne de plus entre dans le magasin et par conséquent, on diminue les risques de contamination.

En mon nom personnel et celui de mes enfants, je vous demande juste de penser un peu à ces employés. Et de grâce, s’il vous plait, lavez-vous les mains, toussez dans votre coude, pratiquez la distanciation sociale, respectez les autres, et surtout, évitez les chicanes de papier de toilette.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.