Publicité

6 décembre 2021 - 13:00 | Mis à jour : 13:00

Une visite bien spéciale pour les petits et grands

Des clowns à l’Hôpital du Suroît rassurent les petits comme les plus grands

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Le 10 novembre dernier, grands souliers, marionnettes et vêtements farfelus, déambulaient le bloc opératoire de l’Hôpital du Suroît. Lili (Lise Renaud) et Zazou (Anne-Marie Proton) ont rendu visite aux petits comme aux grands usagers du bloc opératoire. 

Tout juste avant son opération, le petit Mathis s’amuse avec ses deux nouvelles amies au nez rouge. En route vers son intervention médicale, l’enfant est tout sourire dans la voiturette électrique, qui est un don d’un commerce local à la Fondation de l’Hôpital du Suroît. Désormais, la voiture sera utilisée pour apaiser les angoisses des petits usagers de l’hôpital de Salaberry-de-Valleyfield.  

Un patient plus âgé, couché dans son lit du bloc opératoire, a les yeux pétillants en prenant une photo avec les deux clowns, qui sont visiblement venus mettre le sourire aux lèvres des enfants, mais aussi à celles des plus grands.  

Alors que les clowns et leurs marionnettes s’apprêtent à quitter l’unité, un employé s’arrête, leur demandant une vidéo avec elles, qu’il enverra ensuite à sa fille. « Tu vois, ce n’est pas si pire que cela, les hôpitaux », s’exclame l’employé devant la caméra.  

C’est notamment grâce à Catherine Tanguay, médecin ORL (otorhinolaryngologiste) et la proactivité de Luce Lebœuf, chef du bloc opératoire à l’Hôpital du Suroît, et de son équipe que ces petits moments de bonheur ont été rendu possible.  

Pour Dominique Pilon, directeurs des activités hospitalières de l’Hôpital du Suroît, la visite des deux clowns à l’hôpital met du bonheur dans la journée des usagers, mais aussi des employés.  

«C’est ce genre d’initiative qui démontre qu’il y a du beau entre les murs de cet hôpital malgré les défis présents. On œuvre dans le domaine de la santé pour aider les gens et aujourd’hui, je me dis mission accomplie! », a souligné Dominique Pilon en précisant qu’il souhaite à l’Hôpital du Suroît d’autres initiatives de ce genre.  

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.