Publicité

30 juin 2021 - 14:00

Touche finale à un projet né en 2013

Nouveau module de jeux pour amuser les 18 mois à 5 ans à Sainte-Martine

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Près de huit ans après la première phase d'implantation d'un projet démarré en 2013 sur son territoire, la Municipalité de Sainte-Martine a clôturé de belle façon cette cette initiative en ce mercredi 30 juin. 

Elle a inauguré, en collaboration avec le CPE Abracadabra, l’installation d’un module de jeux pour les enfants de 18 mois à 5 ans au parc des Copains. L’ajout de cette nouvelle structure s’avère la dernière phase du projet d’implantation du point de service la Maison des Copains, construit grâce à un partenariat entre les deux organisations, une entente unique au Québec.

Pour les élus de Sainte-Martine, l'installation du module de jeux au parc des Copains représente plus qu’une nouvelle ère de jeu pour les tout-petits, elle marque la réalisation de la dernière phase d’un projet qui a débuté en 2013.

À cette époque, on retrouvait sur le territoire martinois, un seul centre de la petite enfance et l'on comptait plus de 400 noms sur la liste d’attente pour obtenir une place en services de garde. Il devenait urgent d’implanter un nouveau point de service. À ce moment, les règles établies par le ministère de la Famille étaient rigides et ne facilitaient pas l’ouverture de nouveaux services de garde. Selon les critères d’approbation du ministère, une demande d’implantation d’un CPE sur un terrain donné par une municipalité était susceptible d’être acceptée plus rapidement.

La Municipalité de Sainte-Martine avait donc souhaité collaborer avec le CPE Abracadabra, même si peu de terrains municipaux étaient propices à la construction de ce genre d’infrastructure. « Il n’y avait que deux localisations possibles, l’entrée du parc des Copains ou une parcelle de terrain au parc Nolasque-April. Nous avons dû être imaginatifs afin que le projet se concrétise », mentionne la mairesse, Maude Laberge.

Une fois le choix de l’emplacement accepté par le conseil municipal, la demande avait pu être effectuée au ministère. À la suite de l’approbation ministérielle, les travaux de construction ont débuté en mai 2017. L’ouverture du point de service, en juin 2018, a permis de créer 75 nouvelles places, dont 15 pour des poupons et 16 nouveaux emplois permanents sur le territoire.

Au bénéfice de toute la communauté 

Avant de céder gratuitement son terrain, la Municipalité s’était assurée de conclure une entente avec le CPE. Principalement, les services offerts par l’organisme devaient servir à sa clientèle régulière, mais également à toute la population martinoise. « La Municipalité veut bien donner des terrains, mais il doit y avoir un réel partenariat qui permet à toute la population d’en bénéficier », mentionne Maude Laberge. Le CPE s’était donc engagé à mettre à la disposition de la Municipalité une salle multifonctionnelle qui pourrait être louée gratuitement par les organismes de la communauté et à installer un module de jeux dans le parc des Copains, adjacent à son nouveau bâtiment. Sainte-Martine est la première municipalité au Québec à avoir mis en place une telle entente pour la création de nouvelles places en services de garde éducatifs à l’enfance.

Poursuivre les efforts 

Encore aujourd’hui les parents peinent à trouver des places pour leur enfant. « Nous sommes conscients qu’il manque encore beaucoup de places et que cette carence empêche des parents, surtout les femmes, à retourner sur le marché du travail. Le conseil travaille à trouver des solutions créatives, comme cette entente que nous avons entérinée avec le CPE Abracadabra » rapporte Maude Laberge.

L’Union des municipalités du Québec (UMQ) a d’ailleurs mis en place en décembre 2020 un comité politique sur les services de garde, dont Maude Laberge est porte-parole. Composé de mairesses et maires ce comité a entre autres pour mandat de proposer au ministère de la Famille des mesures concrètes pour accélérer la création de places.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.