Publicité

9 décembre 2020 - 08:00

Prestation canadienne de relance économique (PCRE)

Congé parental: Claude DeBellefeuille somme le fédéral de clarifier les règles autour de la PCRE

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

La députée de Salaberry-Suroît, Claude DeBellefeuille, s’insurge contre la lenteur du gouvernement fédéral à régler la problématique vécue par les nouveaux parents qui perdent leur emploi à la fin de leur congé parental et qui n’ont droit à aucun soutien.

En réponse à l’intervention en Chambre de la députée hier, la ministre Carla Qualtrough, a encore une fois mentionné que le gouvernement reconnaissait le problème et qu’il « travaillait fort à trouver une solution ».

Bien que la loi fédérale de mise en œuvre de la Prestation canadienne de relance économique (PCRE) énonce clairement que les prestations d’assurance parentale soient des revenus admissibles pour l’obtention de la PCRE, on n’a tout simplement donné aucune directive claire aux fonctionnaires quant à la façon d’en interpréter les critères.

« Je ne vois pas ce qu’il y a de si compliqué, la loi est déjà rédigée de manière à ce que les prestations du Régime québécois d’assurance parentale (RQAP) soient incluses dans les revenus nécessaires pour être admissibles à la Prestation canadienne de relance économique (PCRE). C’est très clair. Il faut simplement que le gouvernement confirme que ces parents sont bel et bien admissibles à la PCRE. C’est tout! ».

Or, cette problématique en cache une autre beaucoup plus importante : le fait que le régime d’assurance-emploi n’est aucunement adapté à la réalité des femmes et des hommes qui souhaitent être à la fois mères, pères et présents sur le marché du travail.

« Le vrai problème, c’est que parents qui donnent naissance devraient avoir le droit aux prestations si elles et ils se retrouvent sans emploi sans le vouloir après leur congé parental. C’est complètement aberrant », a conclu la députée DeBellefeuille. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.