Publicité

12 novembre 2020 - 08:00

Inscriptions en cours

Le 22 novembre, mettons les écrans de côté pour relever le défi PAUSE

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Passer 24 heures sans écran, sans utiliser un cellulaire, une tablette électronique, une console de jeux vidéo ou la télévision, c’est possible? C’est ce que propose l’organisme PAUSE aux 16 à 29 ans  intéressés à tenter l’expérience le 22 novembre. 

L’organisme propose aux participants de prendre soin d’eux et de profiter des bienfaits de la mise de côté des écrans avec le défi 24 h de pause. «  Avec tous tes cours en ligne, tes réunions de job, tes courriels à n’en plus finir et tes semblants de partys sur Zoom, t’as probablement l’impression de passer ta vie devant les écrans. C’est justement pourquoi les mettre sur pause est plus essentiel que jamais. En plus de prendre du temps pour toi et de profiter des bienfaits des moments de déconnexion, cela pourra te permettre de mieux comprendre ta relation avec les écrans. Et après le 24h, l’idée est de te reconnecter de façon plus consciente, non pas par réflexe, et de miser sur des activités en ligne qui te font du bien », précise le préambule disponible sur le site Internet. 

Les intéressés peuvent d’ores et déjà s’inscrire en ligne (pausetonecran.com) et choisir de relever l’un des quatre défis proposés, soit: 

- 24 heures sans écran (cell, ordi, tablette, console) pour les loisirs

- 24 heures sans réseaux sociaux

- 24 heures sans jeux vidéo

- 24 heures sans streaming (incluant YouTube)

Les participants courent la chance de gagner un grand prix de 1000 $ afin de réaliser un rêve en mode déconnexion. D'autres prix sont également offerts grâce aux partenaires de cette initiative: Beside, Kamik, Montréal B-Board et Pack It Up.

 

 

 

 

 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.