Publicité

26 octobre 2020 - 12:00

Ils demandent la mise en place d'un fonds d'urgence

Fermetures définitives et imminentes de camps de vacances en Montérégie

Sans aide financière, des camps de vacances certifiés de la Montérégie devront bientôt se résigner à fermer définitivement leurs portes si le gouvernement ne met pas en place un fonds d’urgence d’ici les prochains mois, mettant ainsi en péril le patrimoine éducatif de la région.

Comme beaucoup d’organisations, les camps ont été frappés de plein fouet par la pandémie. Leur situation est toutefois particulièrement inquiétante parce que les camps de vacances sont l’un des deux seuls secteurs dont la reprise des opérations est interdite depuis le mois de mars par le gouvernement du Québec.

Les camps de vacances s’autofinancent majoritairement durant l’été, mais la pandémie a forcé leur fermeture complète depuis mars 2020. Ils se trouvent donc, privés des revenus d’une année complète, à devoir payer des frais fixes pouvant dépasser 300 000 $.

Les camps de vacances certifiés demandent donc à la ministre Charest d’ouvrir un fonds d’urgence pour les aider à payer 75% de leurs frais fixes, comme le gouvernement l’a fait pour les bars, les restaurants et salles de spectacle, et ainsi, assurer une réouverture sécuritaire l’an prochain.

Des institutions phares dans la communauté

Les camps de vacances soutiennent que les différents paliers de gouvernements détiennent un pouvoir important pour la sauvegarde et la pérennité des camps de la région. En plus de faire partie du patrimoine culturel de la Montérégie, les camps de vacances certifiés sont des partenaires éducatifs incontournables qui favorisent l’adoption de saines habitudes de vie, tout en offrant l’occasion à des milliers de jeunes issus de tous les milieux sociaux économiques de se développer dans un environnement sain et sécuritaire.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.