Publicité
22 janvier 2020 - 07:00

3e édition de la campagne " Les sextos, c'est de la PORNO"

Le SPVC va sensibiliser les jeunes de Beauharnois au sextage

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

L’école secondaire des Patriotes, à Beauharnois, sera au coeur de la 3e édition de sa campagne de sensibilisation « Les SEXTOS, c’est de la PORNO! » du Service de police de la Ville de Châteauguay (SPVC). Celle-ci porte sur le phénomène émergent du sextage et vise les jeunes de 12 à 17 ans en milieu scolaire.

Comment décrire un sexto ? C’est un message à caractère sexuel, érotique, pornographique ou intime, accompagné ou non d’une photo. Il peut être envoyé par texto, par une application de messagerie, sur un réseau social ou autre.

Une campagne étalée sur trois semaines

Au cours des trois prochaines semaines, les parents recevront, via l’établissement scolaire fréquenté par leur enfant, une lettre les informant de la tenue de la campagne. Sur le lieu même de l’école, plusieurs affiches seront installées sur les murs.

De plus, chaque lieu d’enseignement recevra la visite d’agents de la section sociocommunautaire du Service de police de Châteauguay, secondés par les jeunes et le personnel de l’école ainsi que par les intervenants du CALACS. Tous seront disponibles pour rencontrer les jeunes, et ce, en toute confidentialité s’ils le désirent.

Un visuel accrocheur

Le visuel (affiches et cartons de format cellulaire) a été conçu pour montrer aux jeunes les impacts possibles de l’envoi d’un sexto, et ce, pour les personnes de tous les sexes. Avec l’avènement des réseaux sociaux, le partage d’un sexto peut se faire très rapidement entre plusieurs contacts.

Si une telle situation arrive, il est primordial d’en parler, précise le SPVC. Avec les ressources mises à leur disposition, les adolescents sont outillés pour ne pas vivre la situation seuls. Le Service de police de Châteauguay en profite pour rappeler que la production, la possession, la distribution de pornographie juvénile et la publication non consensuelle d'une image intime sont criminelles.

Endroits visités

La campagne sera visible dans les six écoles secondaires du territoire desservi par le Service de police,  dont la polyvalente des Patriotes-de-Beauharnois. Au total, on estime que près de 5 000 étudiants – sans oublier leurs parents – seront touchés par la campagne.

Statistiques

Dans les années 2016 et 2017, le Service de police avait traité pas moins d’une trentaine de dossiers de pornographie juvénile.  En janvier 2018, le Service de police de Châteauguay avait lancé la campagne de sensibilisation afin d’éduquer, sensibiliser et outiller les adolescent(e)s face à cette problématique puisque le phénomène du sextage était banalisé chez les jeunes et prenait de l'ampleur.

Suite à son lancement, la campagne a eu un impact positif sur son territoire. En 2018, le Service de police a traité cinq dossiers de pornographie juvénile et six en 2019. Il s’agit d’une baisse de plus de 60%.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.