Publicité

21 janvier 2020 - 10:00

Outil de sensibilisation

Le sextage au coeur d'une vidéo de la Maison des jeunes de Beauharnois

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Le sextage qui se traduit par l’action d’une personne de créer, de transmettre ou de partager avec une autre personne, par l’entremise d’Internet ou d’appareils électroniques, de courts messages, des photos ou des vidéos à caractère sexuel est au coeur d’un récente initiative de la Maison des jeunes de Beauharnois.

Dans une vidéo de 4 minutes et 12 secondes, on aborde cette tendance qui gagne en popularité chez les jeunes, mais aussi chez les adultes. Pour certaines personnes, le sextage est un moyen de découvrir leur sexualité, leurs limites, la confiance et l’intimité.

Mais dans les faits, il s’agit d’une pratique à risque pour les adolescents, car dans certains cas, il est utilisé pour faire de l’intimidation, du chantage ou des abus.

Saviez-vous que les sextos prennent différentes formes :

  • des messages ou des publications dans un langage sexuel ;
  • des photos ou des vidéos d’une personne nue ou partiellement nue;
  • des photos ou des vidéos d’actes sexuels ;
  • des séances de clavardage en direct où l’une des personnes capte des images à caractères sexuels ;
  • des captures d’écran, des photos ou vidéos enregistrées par une webcam.

Le sextage : un acte criminel. Mais dans quelles circonstances ?

Lorsque le sextage inclut des fichiers multimédias de personnes mineures (ex. : photos ou vidéos), il s’agit d’une forme de pornographie juvénile. Peu importe l’âge, toute personne partageant ou diffusant une photo ou une vidéo à caractère sexuel sans le consentement de la personne y figurant commet l’infraction suivante au Code criminel : publication d’images intimes non consensuelle.

Pour savoir ce que prévoit le Code criminelcliquez ici.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.