Publicité
13 avril 2019 - 06:00

2e cause de décès chez les jeunes enfants

Nager pour survivre: un moyen simple et efficace pour prévenir les noyades

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Avec le printemps qui arrive, les baignades seront de plus en plus fréquentes. Au Canada, la noyade est la 2e cause de décès chez les jeunes enfants. Face à ces données alarmantes, la Société de sauvetage a mis sur pied le programme Nager pour survivre. Une initiative qui s’adresse aux enfants dès la 3e année du primaire.

Cette initiative a été mise en place à la suite de plusieurs recommandations de coroners à travers le pays afin de diminuer le nombre de noyades chez les enfants. Après chaque noyade, le constat est le même: la majorité des gens qui se noient n’avait pas l’intention d’aller dans l’eau. Leur immersion a été soudaine et inattendue.

Un programme pour prévenir les noyades

Le programme Nager pour survivre est offert aux élèves, dès la 3e année du primaire afin qu’ils puissent prendre conscience de leurs habiletés aquatiques et qu’ils les développent pour survivre à une chute inattendue en eau profonde. Il permet également aux enfants de bouger, d’augmenter leur confiance en eux et donner envie à certains de fréquenter plus régulièrement une installation aquatique. Au terme des sessions, les élèves doivent réussir trois habiletés : entrer par roulade en eau profonde, nager sur place pendant une minute et se déplacer dans l’eau sur une distance de 50 mètres.

Les résultats obtenus dans le cadre du programme nous démontrent qu’un élève sur deux réussit seul la norme Nager pour survivre. Ce qui revient à dire que 50 % des enfants de 8 ans et plus sont sujets à la noyade.

Subventions disponibles pour les écoles

Financé en partie par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, la Ville de Montréal, Québec en forme et la Fondation Princesse Charlène de Monaco, Nager pour survivre permet aux écoles désirant offrir le programme à leurs élèves de recevoir une subvention couvrant une partie des frais du programme.

Face à cet enjeu, la Société de sauvetage a déployé une campagne de financement pour assurer la pérennité du programme et ainsi permettre à un plus grand nombre d’élèves d’y participer. Elle invite donc le grand public et les entreprises intéressées, à faire un don au Fonds Nager pour survivre, en se rendant sur le site www.nagerpoursurvivre.com.

L’objectif de cette campagne : récolter 5 millions sur 5 ans. Pour chaque don corporatif de 10 000 $ au programme de la Société de sauvetage, une entreprise d’ici permettra à 300 élèves de plus de suivre le programme Nager pour survivre. « C’est une manière pour moi de faire œuvre utile de la noyade de mon neveu Raphaël. Cette campagne de financement permettra au grand public de mettre l’épaule à la roue afin que nos jeunes puissent s’amuser dans l’eau en toute sécurité », de renchérir Mme Bernier.

Par ailleurs, la Société de sauvetage tient à souligner le lancement du livre Le jour où je n’ai pas pu plonger de Sylvie Bernier, dont la totalité des redevances sera versée au bon fonctionnement du programme Nager pour survivre.

Pour en savoir plus sur Nager pour survivre ou pour faire un don, visitez le www.nagerpoursurvivre.com.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.