Publicité
9 mars 2020 - 14:33 | Mis à jour : 10 mars 2020 - 12:44

Il a plaidé coupable à six accusations en octobre dernier

L’ex-joueur de la LNH, Patrick Bordeleau, reviendra en cour ce mercredi pour bris de probation

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

C’est ce lundi 9 mars que l’ex-joueur dans la Ligue nationale de hockey, Patrick Bordeleau, revenait en cour devant le juge Bertrand St-Arnaud. Celui qui a porté entre autres les couleurs de l’Avalanche du Colorado est accusé de bris de probation.

Menottes aux poignets, le grand gaillard de plus de six pieds est apparu dans le box des accusés sous l’oeil attentif de sa conjointe, Sabrina, présente dans la salle. Rappelons qu’en octobre dernier, celui  qui pratique toujours le hockey pour gagner sa vie, avait plaidé coupable à des accusations de fraude, de harcèlement criminel et de bris de probation.

Nouveau bris de condition

Depuis trois semaines, il est détenu en raison d’un nouveau bris de condition. « Il est accusé d’avoir joué 1000$ sur un site de jeu en ligne alors qu’il lui était formellement interdit de le faire », précisait l’avocat de Patrick Bordeleau Beaupré, Me. Guy Lalonde.

Retour en cour cette semaine

Le résident de Rivière-Beaudette sera de retour en cour ce mercredi pour son enquête sur remise en liberté. M. Bordeleau s’est d’ailleurs fait réprimander légèrement par le juge lorsqu’il a soupiré et levé les yeux au ciel alors que les discussions sur son dossier s’allongeaient.

Il sera finalement de retour en cour , ce mercredi, à 9h30 en salle 8.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.