Publicité
10 février 2020 - 15:06 | Mis à jour : 15:13

Il aurait contacté des jeunes filles de partout au Québec

Victimes potentielles d’un cyberprédateur recherchées par le SPVM

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Si les pseudonymes mégane.dupuis ou megane.lalonde sont familiers à votre adolescente, il est possible qu’elle figure parmi les victimes du cyperprédateur Marc-Antoine Corbeil. Arrêté le 22 janvier dernier par le  SPVM, l’enquête démontre qu’il aurait pu faire des victimes un peu partout au Québec.

Ce sont les policiers de la Section de l’exploitation sexuelle du SPVM qui ont passé les menottes au jeune homme de 23 ans. Ce dernier est soupçonné d’être entré en contact avec des femmes et de jeunes filles mineures sur des réseaux sociaux afin d’obtenir d’elles des photos et vidéos à caractère explicite.

« Marc-Antoine Corbeil aurait approché ses victimes grâce à un faux profil de jeune fille de 14 ans qu’il s’était créé sur des médias sociaux. Aucune rencontre en personne n’aurait eu lieu, tous les échanges se seraient déroulés sur Internet. Lorsque ses victimes refusaient de lui faire parvenir de nouvelles images, il les aurait menacé de diffuser celles déjà en sa possession à leurs contacts », indique un porte-parole du corps de police.

Dans certains cas, il serait passé à l’acte via les comptes suivants: nissant_gtr, lucy_1234567890, lord_evil666, diablo.gamer et diablox.gamer.  Le prévenu a comparu au palais de justice de Montréal le 23 janvier afin de répondre aux différents chefs d’accusation qui pèsent contre lui.

Toute personne qui aurait été victime ou qui connaît quelqu’un qui aurait pu être victime de Marc-Antoine Corbeil est invitée à communiquer avec le 911 ou à se rendre au poste de police de son quartier ou de sa municipalité afin de déposer une plainte officielle.

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.