Publicité
27 novembre 2019 - 17:23 | Mis à jour : 17:48

Les individus oeuvraient en Montérégie et plus particulièrement à Salaberry-de-Valleyfield

Réseau de braconnage de poissons d'intérêt sportif démantelé

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Au cours des dernières heures, plus de 100 agents de protection de la faune du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs au Québec ont mis fin aux pratiques illégales de braconnage principalement dans le secteur de Salaberry-de-Valleyfield. L'enquête qui a duré 18 mois a permis de démanteler un réseau de pêche et de vente illégales de différentes espèces de poissons et de gibiers. 

Au total, 130 individus ont été rencontré par les enquêteurs au cours des dernières heures. " Nous avons pu réunir suffisamment de preuves pour déclencher l’opération de démantèlement auprès de plusieurs individus qui s’adonnaient entre autres à la pêche et à la vente illégale de différentes espèces de poissons telles que l’esturgeon, le bar rayé, la perchaude et le doré. Les principales infractions reprochées sont la possession de quantités de poissons supérieures au contingent et la capture, vente et achat illégaux de poissons", précise le commandant à la Direction régionale de la protection de la Faune en Montérégie, Pierre Fortin

Soulignons que c'est plus du quart des agents de protection de la faune, qui travaillent sur le territoire provincial, qui ont contribué à la résolution de l'opération 57. L’escouade canine de la Protection de la faune du Québec a aussi été mise à contribution. 

Amendes salées aux contrevenants 

Six perquisitions ont été réalisées dans la région de Salaberry-de-Valleyfield. Plusieurs kilos de poisson en filet ont été saisis ainsi que des articles de pêche et des équipements servant à la préparation du poisson destiné à la vente. " Nous n'avons pas le pouvoir de porter des accusations criminelles contre les contrevenants, mais par contre, ceux-ci s'exposent à des amendes salées qui pourraient totaliser plus de 300 000$ pour cette enquête. Jusqu'à présent, au moins un individu devra répondre d'accusations criminelles déposées par la Sûreté du Québec en lien avec ce dossier", ajoute M. Fortin. 

L’enquête est toujours en cours. La Protection de la faune du Québec remercie la population qui lui a fourni plus d’une quarantaine de signalements. Ceux-ci ont été fort utiles dans cette enquête.

Importance de la collaboration de la population

Les citoyens sont invités à poursuivre leur collaboration en signalant toute information pertinente à l’enquête découlant de cette opération d’envergure ou tout geste allant à l’encontre de notre patrimoine faunique ou de ses habitats à S.O.S. Braconnage au 1 800 463-2191, par Internet au mffp.gouv.qc.ca/faune/sos-braconnage/index.jsp ou au bureau de la protection de la faune le plus près (mffp.gouv.qc.ca/nousjoindre/nousjoindre-regions.jsp). L’information demeure confidentielle.

En terminant, le chef de service du bureau de la protection de la faune à Salaberry-de-Valleyfield, Gilles Chiasson précise en entrevue avec Néomédia Valleyfield ce qu'il adviendra des aliments saisis lors des perquisitions menées plus tôt aujourd'hui. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.