Publicité
7 novembre 2019 - 07:00

Le SPVM recherche d'autres victimes

Accusé de leurre d'enfant, il pourrait avoir fait d'autres victimes

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Un homme de 19 ans a été appréhendé, le 2 octobre dernier, en lien avec des infractions à caractère sexuel à l'endroit de mineurs. Les enquêteurs de la Section de l’exploitation sexuelle - module pornographie juvénile et leurre du Service de police de la Ville de Montréal sont à la recherche de victimes potentielles d’Alexandre Bossé qui, selon l'enquête, est entré en contact avec au moins trois jeunes filles âgées de 13 à 16 ans .

Via un réseau social, il incitait ses victimes à des contacts sexuels. Les enquêteurs ont des raisons de croire qu’il aurait pu faire d’autres victimes. Le suspect utilisait les profils suivants : alexandre.bosse.545 et alexandre.boe.5. Son pseudonyme était Alexandre Bossé. Le suspect mesure 1,83 m et pèse 109 kg. Il a comme signe distinctif le tatouage d’un dragon avec une rose des vents sur l’avant-bras gauche.

Il a comparu le 21 octobre au Palais de justice de Montréal. Des chefs d’accusation pour leurre d’enfant, production de pornographie juvénile et avoir communiqué avec une personne mineure pour l’inciter à des contacts sexuels ont été déposés contre lui.

Toute personne qui aurait été victime ou qui connaît quelqu’un qui aurait pu être victime d’Alexandre Bossé est invitée à se rendre à son poste de police local ou à communiquer avec le 911 afin de déposer une plainte officielle ou faire une déclaration à cet effet. À noter que le suspect n’avait pas de domicile fixe et que les victimes se trouvaient dans différentes municipalités. 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.