Publicité
30 octobre 2019 - 11:00

Palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield

Un Campivallensien devra passer un mois en prison pour deux vols et un bris de probation

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Reconnu coupable de deux vols de moins de 5000$ et d’un bris de probation, le Campivallensien Yannick Lebrasseur devra passer les 30 prochains jours derrière les barreaux. C’est le mardi 29 octobre dernier que le juge Joey Dubois de la Cour du Québec l’a condamné à cette sentence au Palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield.

Celui qui demeure sur la rue Alphonse-Desjardins était détenu au moment de sa comparution en vertu d’un mandat d’arrestation émis contre lui. En présence de son avocat, Me. Martin Pilotte, l’accusé a admis avoir volé un sac à main dans un restaurant de la rue Alphonse-Desjardins à Salaberry-de-Valleyfield il y a un peu plus d’un an.

Plus récemment, il a aussi admis avoir volé deux aliments dans un supermarché de la région. En commettant ce délit, au cours des derniers mois, il a commis un bris de probation qui l’obligeait à garder la paix et à avoir une bonne conduite.

Suggestion commune et probation de deux ans

Les menottes aux poignets, l’accusé a accueilli la suggestion commune des procureurs impliqués dans son dossier sans broncher. Ceux-ci ont demandé au juge Dubois de condamner l’accusé à trente jour de prison pour la totalité des dossiers pour lequel il a plaidé coupable.

« Je vous impose aussi une probation de deux ans au cours de laquelle vous devrez respecter les conditions suivantes: garder la paix, avoir une bonne conduite et ne pas vous rendre dans les deux commerces où les délits ont été commis pendant cette période », précisait le premier magistrat à l’accusé.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.