Publicité
30 octobre 2019 - 10:00

Palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield

Un père de famille de Sainte-Martine obtient une absolution conditionnelle

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Un père de famille demeurant à Sainte-Martine a vu le juge Joey Dubois de la Cour du Québec lui imposer une absolution conditionnelle assortie d’une probation d’un an, le mardi 29 octobre dernier au Palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield. Les faits reprochés à l’homme remontent au 6 juillet dernier et impliquent une personne mineure.

Lors de cet incident, Stéphane Ouimet avait consommé de l’alcool en quantité importante. Cette consommation aurait d’ailleurs contribué aux faits reprochés soit d’avoir utilisé la force sans le consentement et dans un but autre qu’éducatif, une accusation à laquelle l’homme a plaidé coupable.

Selon les informations dévoilées en cour, l’accusé ne résidait plus au domicile familial depuis les événements. « Je veux y retourner avec le consentement de ma conjointe », a formulé l’homme qui est sans antécédents judiciaires au juge Dubois.

Absolution conditionnelle: une suggestion commune

Face à l’absence de dossier criminel de l’accusé, le magistrat a entériné la suggestion commune des procureurs en ce qui a trait à la sentence de l’homme, soit une absolution conditionnelle. Celle-ci est assortie de plusieurs conditions telles que: garder la paix, avoir une bonne conduite, ne pas posséder d’arme et ne pas consommer d’alcool ou en avoir en sa possession. Il devra aussi effectuer 30h de travaux communautaires dans un délai de huit mois.

« Si vous respectez toutes ces conditions, vous n’aurez pas de dossier criminel au terme de la probation. Par contre, si ce n’est pas le cas, vous pourriez revenir devant moi pour répondre à une accusation de bris de probation. J’espère que cela ne se reproduira pas et que je ne vous reverrai pas », précisait le juge à l’accusé avant de le laisser partir.

 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.