Publicité
27 septembre 2019 - 08:00 | Mis à jour : 21:39

Son nom sera inscrit au registre pour une période de 20 ans

Un père de huit enfants, bientôt neuf est déclaré délinquant sexuel

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Ernest Charbonneau, un père de famille de Beauharnois, dont la conjointe est enceinte, a été déclaré délinquant sexuel pour les 20 prochaines années. Le mercredi 25 septembre dernier, la juge Marie-Chantal Doucet de la Cour du Québec l’a condamné à 15 mois de prison en lien avec une accusation de contact sexuel sur un enfant d’âge préscolaire.

Selon les informations dévoilées avant le prononcé de la sentence, l’accusé aurait utilisé un objet sexuel pour adulte lors de la perpétration de son crime. Notons que la peine imposée par la magistrate découlait d’une suggestion commune de l’avocat de l’accusé, Me. Martin Pilote et de la procureure de la Couronne, Me. Cynthia Perreault.

En plus d’être derrière les barreaux pour les prochains mois, M. Charbonneau devra se soumettre à une série de conditions à sa sortie pendant une période de deux ans. Parmi celles-ci, on retrouve celle de voir son nom être inscrit au Registre des délinquants sexuels pendant 20 ans. Il ne pourra aussi se trouver dans un parc public, une garderie, un terrain d’école, un terrain de jeu, un centre communautaire ou encore d’avoir un emploi rémunéré, ou bénévole, qui le placerait dans une situation d’autorité vis-à-vis de personnes de moins de 14 ans.

Antécédents judiciaires

Notons que dans les derniers mois, l’accusé a entamé une thérapie au Centre sur l’autre rive en lien avec un problème de consommation de stupéfiants. « Mon client représente un actif pour la société puisqu’il travaille dans le domaine de la construction et qu’il est maintenant sobre depuis 18 mois. À sa sortie, il pourra retrouver son emploi et il aura un appartement mis à sa disposition pour lui permettre de retrouver une vie normale », indiquait son avocat Me. Pilote à la juge Doucet.

Le 5 décembre prochain, M. Charbonneau sera de retour devant la cour en lien avec des dossiers de violence conjugale.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.