Publicité
6 septembre 2019 - 12:00

Salaberry-de-Valleyfield

Rapport présentenciel demandé dans le dossier d’un trafiquant de drogue

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Le juge Bertrand St-Arnaud a ordonné, le jeudi 5 septembre, la confection d’un rapport présentenciel dans le dossier de Jonathan Fiorita, un trafiquant de drogue de Salaberry-de-Valleyfield. Dans les secondes qui ont précédé cette décision, le jeune homme venait de plaider coupable à plusieurs chefs d’accusation en lien avec la possession de stupéfiants.

Devant le magistrat, il s’est reconnu coupable des infractions suivantes: avoir eu en sa possession, à Salaberry-de-Valleyfield, 19,06 grammes de cocaïne, 131 comprimés de méthamphétamine et 104,9 grammes de cannabis. Il a aussi prononcé un plaidoyer de culpabilité pour avoir fait du trafic de cocaïne et de méthamphétamine et le trafic de cannabis entre les mois de janvier 2017 à août 2018. Il a été acquitté du 5e chef d’accusation déposé contre lui par le ministère public.

Alors qu’il résidait sur la rue Grande-Île à Salaberry-de-Valleyfield, M. Fiorita a été épinglé par les policiers de la Sûreté du Québec à la suite d’informations provenant du public. Une somme de 400 $ en argent canadien et un iPhone ont aussi été découverts à son appartement lors d’une perquisition.

«  Afin de mieux vous connaître et d’aiguiller ma décision, j’ordonne la confection d’un rapport présentenciel. Il est de votre devoir de collaborer avec la Cour et de permettre l’accès à certains de vos proches pour la rédaction de ce document. Par la suite, je serai en mesure de mieux orienter ma décision quant à votre sentence dans ces dossiers », précisait le juge St-Arnaud à l’accusé.

Le jeune homme reviendra en cours le 26 novembre prochain pour connaître sa sentence.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.