Publicité
30 juillet 2019 - 12:07

Malgré une restriction médicale qui lui recommandait de ne pas conduire son véhicule

Eric Flynn s’avoue coupable de conduite dangereuse

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

C’est le mardi 30 juillet que l’ex-préventionniste au sein du Service de sécurité incendie de la Ville de L’Île-Perrot, Eric Flynn s’est reconnu coupable d’une accusation amendée de conduite dangereuse en lien avec un accident survenu le 29 janvier dernier à L’Île-Perrot.

À cette date, vers 17h30, M. Flynn se trouvait au volant de son véhicule personnel, un Jeep Patriot de couleur vert. Tandis qu’il circule sur le boulevard Perrot près de la 25e Avenue, il heurte un homme qui marchait dans la même direction.

Devant le juge Bertrand St-Arnaud, M. Flynn a précisé qu’il croyait avoir frappé le trottoir au moment des faits. Ce n’est que quelques jours plus tard, lorsque sa fille lui montre un vidéo des faits publiés sur un site de nouvelles de la région qu’il réalise alors la gravité de ses gestes.

« Toutefois, M. Flynn ne se dénoncera pas, car il était sous le coup d’une restriction médicale qui lui recommandait de ne pas conduire. Celle-ci lui avait été émise par son ophtalmologiste quelques jours avant les faits. En dépit de cette recommandation, l’accusé prendra le volant pour parcourir de courtes distances », expliquait la procureure au DPCP, Me Cynthia Perreault.

Accusation amendée

Eric Flynn a plaidé coupable à une accusation amendée de conduite dangereuse. Pourquoi? Car la victime impliquée dans l’accident n’a eu que des blessures superficielles comme des ecchymoses et des courbatures.

Face à ses faits, la cour a demandé la confection d’un rapport présentenciel. Un document qui permettra au juge St-Arnaud de « mieux connaître l’accusé et de dresser un portait complet de ce dernier par le biais de rencontres avec lui, mais aussi avec ses proches. » Une fois ce rapport complété, l’accusé reviendra en cours pour connaître sa sentence.

Sa prochaine comparution est fixée au 16 octobre à 9h15 en salle 1 du Palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.