Publicité
17 avril 2019 - 06:00

Il arrosait le plant d'un ami

Absolution inconditionnelle pour un homme accusé de possession simple de cannabis

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Le juge Bertrand St-Arnaud du district judiciaire de Beauharnois a accordé une absolution inconditionnelle à un homme accusé de possession simple de stupéfiants. Le lundi 15 avril, Michel Cyr, a dû répondre de ses actes pour avoir eu en sa possession un plant de cannabis à Châteauguay.

L’homme a plaidé coupable à une accusation de possession simple de stupéfiants par voie sommaire. En tenant compte de ses antécédents judiciaires, qui dataient de plus d’un quart de siècle, le juge s’est rangé derrière les avocats de la couronne et de la défense en entérinant leur suggestion commune.

« Mon client arrosait un plan pour un ami et la substance n’était pas pour lui. Ses antécédents datent de 1988 et comme il franchit les douanes régulièrement depuis plusieurs années, il croyait ses antécédents effacés. Il s’engage à faire un don de 200$ à un organisme de la région et éventuellement, il fera une demande de pardon au gouvernement », précisait l’avocat de l’accusé.

M. St-Arnaud a précisé à l’accusé qu’une absolution ne se présente qu’une fois dans une vie. « Ce type de démarche équivaut à ne pas avoir de casier judiciaire pour un délit. Ça ne se reproduira pas une deuxième fois alors j’espère ne pas vous revoir  devant moi », a-t-il précisé à l’accusé avant d’ordonner la destruction du plant de cannabis saisi lors de l’enquête policière.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.