Publicité
9 mars 2019 - 10:00 | Mis à jour : 10:01

Quatre personnes seraient séquestrées par le suspect armé

Prise d’otage: pas de blessés et une reddition pacifiste du suspect

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Un important déploiement policier était en place à la Caisse Desjardins Notre-Dame-de-Bellerive de Salaberry-de-Valleyfield depuis 16h50, le vendredi 8 mars . Un suspect armé détienaitt un nombre indéterminé de personnes à l’intérieur. Des conversations calmes auraient eu lieu entre le suspect et un négociateur pendant plusieurs heures. 

Selon les informations divulguées par la Sûreté du Québec, les policiers se sont rendus sur place à la suite du déclenchement d’une alarme de panique. Un périmètre de sécurité a été érigé dans le quadrilatère adjacent à l’institution financière. Vers 20h25, le porte-parole de la SQ confirmait qu’un suspect armé détenait un nombre indéterminé d’otages à l’intérieur de l’édifice.

Lors du passage de Néomédia Valleyfield sur place vers 21h30, la porte-parole de la SQ, Ingrid Asselin indiquait que des discussions calmes avaient lieu entre les autorités et le suspect.

À cette heure, personne n’aurait été blessé. Vers 22h, les quatre otages, des employés de la Caisse Desjardins, étaient libérés sains et saufs par le suspect. Vers 1h30 du matin, le 9 mars, l'homme dans la cinquantaine impliqué dans la prise d'otage s'est rendu de façon pacifique. Il a été transporté au centre hospitalier du Suroît pour y recevoir des soins appropriés à son état. Il pourrait éventuellement faire face à des accusations de séquestration et de possession d'arme. 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.