Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

L'évènement remonte au 1er octobre 2021

Aucune accusation déposée par le DPCP pour la mort d'un homme à Salaberry-de-Valleyfield

durée 16h03
9 mai 2022
Jessica Brisson
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Jessica Brisson, Éditrice adjointe

Après examen du rapport produit par le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI), le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) conclut que l'analyse de la preuve ne révèle pas la commission d'une infraction criminelle par les policiers de la Sûreté du Québec (SQ).

L'analyse portait sur l'événement survenu à Salaberry-de-Valleyfield le 1er octobre 2021 entourant le décès d'un homme.

L'examen du rapport d'enquête préparé par le BEI a été confié à un procureur aux poursuites criminelles et pénales (procureur). Ce dernier a procédé à un examen complet de la preuve, afin d'évaluer si à la lumière de la preuve retenue, celle‑ci révèle la commission d'infractions criminelles. Le procureur a rencontré et informé les proches de la personne décédée des motifs de la décision.

Événement

Le 1er octobre 2021, vers 18 h, des appels sont faits au 911 concernant un homme muni d'une arme à feu, se trouvant dans son domicile et tenant des propos suicidaires. 

Les policiers arrivent rapidement sur les lieux et établissent un périmètre de sécurité autour du domicile où l'homme se trouve seul. Par l'entremise de divers téléphones cellulaires, les policiers sont en mesure d'échanger avec l'homme. Ils tentent sans succès de l'amener à sortir de son domicile. Le dernier contact téléphonique entre les policiers et l'homme a lieu vers 22 h 30.

Le 2 octobre 2021, à 0 h 06, l'opération est prise en charge par le groupe tactique d'intervention (GTI). À maintes reprises et à l'aide de divers moyens, les policiers tentent en vain de reprendre contact avec l'homme. Des mesures sont également prises afin de sécuriser davantage le périmètre.

Vers 6 h, les policiers envoient un robot muni d'une caméra dans le domicile. Le robot émet des images indiquant que l'homme est décédé et qu'une arme à feu se trouve à ses côtés.

Le rapport d'autopsie conclut que le décès est attribuable à un traumatisme crânio-cérébral causé par l'automanipulation d'une arme à feu.

À la suite de son analyse, le DPCP est d'avis que la preuve ne révèle pas la commission d'une infraction criminelle par les policiers de la SQ impliqués dans cet événement.

Les policiers ont fait tout ce qui était en leur pouvoir afin d'assurer la sécurité de tous.

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Début des travaux ce lundi dans le Quartier de la Baie

La Ville de Salaberry-de-Valleyfield planifie actuellement le déploiement des infrastructures qui permettront la poursuite du développement du quartier de la Baie. À cet effet, des travaux de déploiement du réseau électrique moyenne tension sont requis car la capacité actuelle est insuffisante. Les différentes contraintes dans le secteur ont ...

Le VUS volé d'un couple de Beauharnois a été localisé, mais pas d'arrestations dans le dossier

Au cours des derniers jours, bien que le Service de police de Châteauguay ait résolu plusieurs enquêtes en lien avec des vols de véhicules survenus sur le territoire de Montréal et la Rive-Sud, un couple de Beauharnois dont le VUS a été dérobé au début du mois attend toujours une ou des arrestations dans son dossier.  Dans la nuit du 1er ...

Moyens de pression des policiers de la SQ: une première en 15 ans

Devant la suspension samedi dernier des négociations entourant le renouvellement du contrat de travail des policières et policiers de la Sûreté du Québec échu depuis mars 2022,  l’Association des policières et policiers provinciaux du Québec (APPQ) n’a d’autre choix que de prévoir des moyens de pression, vient-on d'annoncer aujourd'hui par voie de ...