Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Réglementation d'arrosage et bonnes pratiques

Comment réduire votre consommation d'eau ?

durée 11h30
22 juillet 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Jean-Michel Lhomme, Journaliste

À l’image de Salaberry-de-Valleyfield, de nombreuses villes adaptent leur réglementation d’arrosage afin de préserver les ressources d’eau potable. Voici quelques conseils pratiques afin de vous permettre de faire face à cet impératif de modération tout en préservant l’attrait de votre jardin.

Quand on sait que le Canada est la plus grande réserve mondiale d’eau douce, il est toujours étonnant de voir des mesures de modération comme celles décidées récemment à Salaberry-de-Valleyfield. Comme en plus, jusqu’ici, l’été n’a pas été avare en averses et que l’hiver nous a offert un manteau neigeux bien épais, il est difficile de comprendre comment il est possible de se retrouver dans ce type de situation critique.

Même si le Canada et le Québec en particulier, restent dans une situation enviable par rapport au reste du monde, ici aussi, les niveaux de réserves d’eau baissent. Pour s’en convaincre, il suffit de voir le niveau de nos lacs ou de se renseigner sur l’état de nos nappes phréatiques. D’un côté notre population grandit ce qui implique des besoins accrus en eau potable. De l’autre, année après année, le réchauffement climatique multiplie les épisodes de sécheresses qui mettent à mal nos réserves.

Comment réduire votre propre consommation d'eau ?
Bien sûr, il y a des conseils simples comme prendre des douches à la place de bain, mais c'est surtout sur l'utilisation extérieure de l'eau qu'il est possible de faire une grande différence.

1. Arroser la pelouse la nuit.
La Ville de Salaberry-de-Valleyfield autorise l'arrosage automatique entre 22h et 1h du matin (pour une durée de 20min par secteur maximum). Cet horaire est nettement plus profitable pour votre pelouse, car, pour un même résultat, cela permet d'utiliser beaucoup moins d'eau. La nuit il y a peu, ou pas, d'évaporation. L'eau puisée est donc intégralement utile à votre gazon. Il est donc possible d'en utiliser moins : penser à réduire le temps d'arrosage !

2. Ne pas arroser un gazon jauni
En cas de forte température, votre gazon jaunit. Il n'est pas en train de mourir. Au contraire, il se protège ! C'est un mécanisme naturel dans lequel le gazon économise ses ressources pour survivre plus longtemps. Tant que les températures resteront à un niveau élevé, ce mécanisme de préservation restera à l'œuvre que vous l'arrosiez, ou non ! 

3. Tondre votre gazon plus haut, plus souvent et laisser la tonte sur le gazon.
À 8 cm de haut, le gazon est naturellement plus résistant (notamment aux hautes températures ce qui... l'empêche de jaunir). En le tondant plus souvent vous faites en sorte que le produit de la coupe soit léger. Il est alors possible de le laisser sur le gazon. Non seulement vous n'avez pas à le ramasser, mais surtout, il va se décomposer et se transformer en engrais naturel. Un cercle vertueux qui économise de l'eau, du temps et vos épaules.

4. Utiliser l'eau de pluie.
Il existe de nombreux systèmes permettant de récupérer l'eau de pluie et de l'utiliser pour le jardin. Car vos plantes ne sont pas si exigeantes : l'eau d'arrosage n'a pas besoin d'être filtrée. 

5. Avez-vous vraiment besoin d'une piscine ?
C'est vrai que c'est vraiment très agréable de pouvoir se baigner le soir, après une journée de travail. Mais ce plaisir qui dure 4 mois par an coûte cher (au porte-monnaie et aussi à l'environnement). Notre région regorge de plages plus belles les unes que les autres, il y a de plus en plus de piscines municipales avec des équipements de grande qualité, impossible à avoir chez soi. Ça vaut la peine d'y réfléchir.

 

À lire également : 

Arrosage: Salaberry-de-Valleyfield revoit sa règlementation

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Une étude associe 58% des maladies infectieuses aux menaces climatiques

Des menaces climatiques comme les inondations, les canicules et la sécheresse ont aggravé plus de la moitié des centaines de maladies infectieuses qui touchent l'humain, y compris le paludisme, le choléra, l'hantavirus et même l'anthrax. Des chercheurs ont constaté que 218 maladies ― soit 58 % des 375 maladies infectieuses humaines ― semblent ...

29 juillet 2022

Les papillons monarques en danger : voici comment les aider

Fermez les yeux un instant et imaginez un papillon. Je parie que l’insecte flottant que vous visualisez a des ailes orange−rougeâtre, veinées de noir et bordées de taches blanches, les attributs emblématiques de notre bien−aimé papillon monarque américain. Malheureusement, l’espèce qui peuple de nombreux souvenirs d’enfance est en ...

29 juillet 2022

Changements climatiques : la Cour suprême du Canada refuse d'écouter les jeunes Québécois

La Cour suprême du Canada a refusé jeudi d’entendre l’appel de jeunes Québécois qui souhaitent traduire le gouvernement fédéral en justice pour ses efforts jugés insuffisants dans la lutte contre les changements climatiques. Comme c’est son habitude, le plus haut tribunal du pays n’a pas expliqué ce qui motive sa décision. L’organisme ...