Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

La Ville s’associe à l’organisme C.I.E.L.

Salaberry-de-Valleyfield: pour la conservation à perpétuité d’une réserve naturelle

durée 14h00
9 mars 2022

La Ville de Salaberry-de-Valleyfield a remis un don de 90 000 $, issu des surplus affectés au Fonds vert de la Ville, au Centre d’Intendance écologique Latreille (C.I.E.L.) pour permettre l’acquisition de 10,7 hectares, au coût de 240 000 $.

Ce terrain, typique des érablières mixtes du sud-ouest du Québec, sera transformé en réserve naturelle, dans le cadre d’une servitude de conservation à perpétuité, pour la protection de la biodiversité et du patrimoine naturel.

Près de 93 hectares à protéger
« L’achat de ce boisé permet à la Ville d’agrandir et de consolider l’immense zone de conservation que nous travaillons à mettre en place dans ce secteur. Le projet initial visait déjà à protéger 81 hectares situés sur le site de la carrière Dolomite. En rattachant ce nouveau terrain au projet de conservation, ce sont tout près 93 hectares, soit 10 millions de pieds carrés de boisé de grande qualité, qui seront protégés à perpétuité », a mentionné le maire de Salaberry-de-Valleyfield, Miguel Lemieux.

Centre d’Intendance écologique Latreille
En plus de sa mission d’acquisition et de conservation des territoires ayant une valeur écologique, l’organisme à but non lucratif C.I.E.L. sauvegarde, préserve et entretient de façon perpétuelle ses espaces naturels, soit maintenant 155 hectares, au bénéfice de la collectivité actuelle et future.

« Les bénévoles de C.I.E.L. remercient la Ville pour son soutien et vont poursuivre leur mandat. Une étude de caractérisation sera d’ailleurs conduite prochainement sur le terrain et une signalisation identifiera le site. Une autorisation sera d’ailleurs requise pour avoir accès au territoire. Dans un même temps, nous étudions déjà l’achat d’un autre terrain pour poursuivre notre mission », a expliqué Jean-Marie Latreille, président de l’organisme.

De son côté, Jean-Luc Génier, membre du conseil d’administration et responsable de la recherche de sites naturels à protéger, a rappelé que « ces acquisitions étaient rendues possibles grâce au montant de 500 000 $ obtenu auprès de la CEZinc à titre de mesure réparatrice dans le cadre du recours collectif. » Dans les prochaines semaines, l’organisme entamera une demande de reconnaissance de réserve naturelle auprès du ministère de l’Environnement pour sa nouvelle acquisition.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


25 juin 2022

Les déchets inspectés cet été dans la MRC de Beauharnois-Salaberry

La MRC de Beauharnois-Salaberry informe ses citoyens que cet été, des inspecteurs sillonneront le territoire lors des journées de collecte des déchets. Pourquoi? Afin d’intervenir lorsqu’ils observeront des poubelles dont le contenu contrevient aux règlements municipaux. Ceux-ci interdisent entre autres de mettre aux déchets les matières ...

25 juin 2022

Quoi faire avec un chien laissé dans une voiture?

Bien que le message soit répété chaque année, au Québec, des citoyens sont toujours témoins d’animaux laissés dans les voitures en été. Aujourd’hui, et les prochains jours s’annoncent chaud dans Vaudreuil-Soulanges et il importe de rappeler quelques mesures de sécurité à prendre particulièrement avec nos animaux de compagnie. Considérant que ...

23 juin 2022

Plantes indigènes: association entre la Ville et des pépinières locales

À l’approche de la Saint-Jean-Baptiste, la Ville de Salaberry-de-Valleyfield a dévoilé, avec ses pépinières partenaires, une stratégie de promotion des plantes indigènes du Québec, bénéfiques pour la biodiversité. Ensemble, ils veulent convaincre qu’intégrer des plantes indigènes dans ses plates-bandes est un choix ingénieux. Les Serres Michaud ...