Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Nouvelle note de recherche de l'IRÉC

La bioséquestration peut générer des revenus en améliorant la santé des sols

durée 09h00
16 février 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Salle des nouvelles

L’Institut de recherche en économie contemporaine (IRÉC) a publié lundi une nouvelle note de recherche à propos de la bioséquestration du carbone dans les sols agricoles.

L’étude montre que cette voie à emprunter permettrait non seulement de lutter plus efficacement contre les changements climatiques, mais aussi qu’elle améliorerait la santé des sols cultivés au Québec tout en générant de nouveaux revenus pour les agriculteurs.

« On le sait depuis longtemps que la quantité de GES émise par un sol est un important indicateur de sa dégradation. Or, on constate que l’appauvrissement en matières organiques des terres agricoles de la vallée du Saint-Laurent se produit à un rythme inquiétant. Notre étude donne à penser qu’une part non négligeable du carbone qui disparaît de nos terres arables se retrouve dans l’atmosphère. Pour contrer ce phénomène, on peut augmenter la matière organique des sols ce qui a pour effet d’en améliorer la santé » a affirmé David Dupont, chercheur à l’IRÉC.

Les méthodes pour séquestrer les GES sont bien connues : utiliser des plantes de couverture, restituer les résidus végétaux dans les sols et favoriser l’usage des pâturages se retrouvent parmi l’arsenal des agriculteurs pour maintenir les GES dans les sols.

Enfin, le travail des chercheurs de l’IRÉC permet de mettre un prix sur le carbone qui pourrait être séquestré suivant l’augmentation de matière organique dans les sols. « Le potentiel de séquestration québécois est très intéressant. À la grandeur du territoire du Québec, une faible augmentation de la teneur en matière organique des sols permettrait de retirer 0,73 mégatonnes de GES de l’atmosphère annuellement et ainsi générer 60 M $ en crédits carbone pour les agriculteurs québécois. C’est une avenue payante pour lutter contre les changement climatique et fertile puisque la séquestration rend aussi des services écosystémiques à l’environnement et à la société » a-t-il conclu.

Initiative de l’IRÉC, cette étude est la première d’une série de deux dont la seconde portera spécifiquement sur les modèles économiques à mettre en place pour que le secteur agricole québécois bénéficie de revenus supplémentaires associés à la bioséquestration.

Fondé en 1999, l’Institut de recherche en économie contemporaine (IREC) est un organisme scientifique indépendant voué à l’enrichissement du débat public par la production de recherches rigoureuses et par la conduite d’activités d’animation et de formation favorisant le développement des compétences dans le domaine économique.

L’IREC s’intéresse à l’ensemble de l’économie et mène des travaux destinés à contribuer à la construction du bien commun. Ses approches visent à renouveler le modèle québécois par la promotion d’alternatives crédibles. Les enjeux de la transition écologique de l’économie retiennent tout particulièrement son attention.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


25 juin 2022

Les déchets inspectés cet été dans la MRC de Beauharnois-Salaberry

La MRC de Beauharnois-Salaberry informe ses citoyens que cet été, des inspecteurs sillonneront le territoire lors des journées de collecte des déchets. Pourquoi? Afin d’intervenir lorsqu’ils observeront des poubelles dont le contenu contrevient aux règlements municipaux. Ceux-ci interdisent entre autres de mettre aux déchets les matières ...

25 juin 2022

Quoi faire avec un chien laissé dans une voiture?

Bien que le message soit répété chaque année, au Québec, des citoyens sont toujours témoins d’animaux laissés dans les voitures en été. Aujourd’hui, et les prochains jours s’annoncent chaud dans Vaudreuil-Soulanges et il importe de rappeler quelques mesures de sécurité à prendre particulièrement avec nos animaux de compagnie. Considérant que ...

23 juin 2022

Plantes indigènes: association entre la Ville et des pépinières locales

À l’approche de la Saint-Jean-Baptiste, la Ville de Salaberry-de-Valleyfield a dévoilé, avec ses pépinières partenaires, une stratégie de promotion des plantes indigènes du Québec, bénéfiques pour la biodiversité. Ensemble, ils veulent convaincre qu’intégrer des plantes indigènes dans ses plates-bandes est un choix ingénieux. Les Serres Michaud ...