Publicité

16 avril 2021 - 07:00

Cette année marque le 10e anniversaire du Règlement 222

Salaberry-de-Valleyfield interdit les les pesticides de synthèse sur son territoire depuis déjà 10 ans

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Toutes les réactions 1

Par ses efforts et son assiduité, la Ville de Salaberry-de-Valleyfield mène une lutte majeure contre l’application des pesticides depuis dix ans. En effet, 2021 marque cette année, le dixième anniversaire de son Règlement 222 interdisant tous les pesticides de synthèse en zone urbanisée et résidentielle, dont le glyphosate (ex. : Roundup).

Depuis une décennie, seuls les pesticides à faible impact sont permis sur le territoire urbanisé de Salaberry-de-Valleyfield. Si depuis 2011, la Ville émet des avis d’infraction en la matière, son premier règlement date de 2009, faisant de Salaberry-de-Valleyfield une ville pionnière à l’époque en matière de protection des écosystèmes urbains et de ses citoyens contre les pesticides.

Une lutte majeure

Règlementation, équipe dédiée, campagnes de sensibilisation, prélèvements d’échantillons pour contrôle, émissions de constats d’infraction et actions judiciaires avec l’appui d’experts externes, voilà ce qui est mis de l'avant sur le territoire municipal depuis l'entrée en vigueur de ce règlement. 

Le règlement 222 permet d’interdire aux entreprises contrevenantes d’exercer pendant un an sur le territoire de Salaberry-de-Valleyfield afin de les contraindre à prendre au sérieux la règlementation en place pour le bien-être de la collectivité.

Pendant la saison estivale, l’Escouade verte patrouille à temps plein et réalise des prélèvements pour veiller à l’application de la règlementation et assurer la sécurité des Campivallensiens et de leur environnement. Dans sa démarche, la Ville supporte d’ailleurs aussi les citoyens dans leur transition en conseillant des options écologiques.

Collaboration avec les industriels

Du côté des industriels (Zinc, Grâce, Général Dynamics et Diageo, etc.), la collaboration avec la Municipalité permet une application encadrée et très restreinte. En effet, il peut arriver que des applications très localisées soient exceptionnellement permises, via l’émission d’un permis temporaire d’application, et ce, pour des questions de sécurité uniquement autour de certaines installations et si toute autre intervention ne peut convenir.

Déploiement à l’échelle provinciale

Plus les règlementations interdisant l’usage des pesticides vont s’étendre et plus l’industrie s’adaptera en éliminant l’application de produits de synthèse. En contrepartie, les entreprises pourront offrir davantage les solutions écologiques existantes, ayant moins d’impact sur la biodiversité et l’écosystème en milieu urbain. La Ville félicite donc les villes qui ont récemment emboité le pas et encourage les autres à rejoindre les dizaines de villes du Québec qui, comme elle, dispose d’un règlement sur les pesticides. 

Les pesticides sont des contaminants

La Ville rappelle à ses citoyens que tous les pesticides (insecticides, herbicides, fongicides, etc.), même à faible impact, sont nocifs et ne devraient être utilisés qu’en dernier recours. Ils entraînent la contamination de l’eau, de l’air et du sol, mais ont surtout un impact certain sur la santé de tous à court, moyen et long terme, mais particulièrement sur celle des enfants, des personnes ayant un système immunitaire plus faible et celle des animaux de compagnie. Leur utilisation est donc loin d’être inoffensive.

Les personnes faisant affaire avec un entrepreneur doivent s’assurer que ce dernier possède un certificat d’enregistrement de la Ville afin d’utiliser des pesticides, même ceux à faible impact, et y compris des engrais. Dans le cas contraire, ces personnes sont en infraction, au même titre que l’entrepreneur (Règlement 222). La liste des entrepreneurs certifiée est disponible sur le site Web de la Ville. De plus, les Campivallensiens sont encouragés à faire affaire avec des entrepreneurs à poser des questions sur les produits qui seront appliqués et leur nécessité. Tout citoyen qui a des questions sur l’utilisation de certains produits ou sur les alternatives possibles à l’utilisation de pesticides peut faire appel à l’Escouade verte de la fin mai à la fin septembre (450 370-4820).

Alternative

D’autres explications et suggestions se retrouvent sur le site Web de la Ville : ville.valleyfield.qc.ca/ecopelouse. Les citoyens peuvent communiquer avec l’Escouade verte pour une rencontre à domicile gratuite afin de recevoir des conseils adaptés à leur terrain.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • Merci!
    Je suis très contente,je n’étais pas au courant.
    Est-ce que la municipalité a une partie des serres,où l’on cultive de la marie bio,j’avais entendu dire ??? Si c’est vrai,est-ce que vous cultivez des légumes ou autre ???
    Merci!

    Brigitte L.Cousineau - 2021-04-16 20:07