Publicité

15 octobre 2020 - 07:00

Société de conservation et d’aménagement des bassins versants de la Zone Châteauguay

L'érosion, au coeur du plan directeur de l'eau de la SCABRIC

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

La Société de conservation et d’aménagement des bassins versants de la Zone Châteauguay (SCABRIC), dont les bureaux prennent place à Sainte-Martine, communiquera dans les prochaines semaines avec les riverains de la rivière Saint-Régis dont le terrain est à risque d’érosion et de décrochements de sol.

L’érosion figure dans le plan directeur de l’eau de la Zone Châteauguay, comme l’une des problématiques majeures et omniprésentes dans les rivières du territoire, et particulièrement sur les rives de la Saint-Régis, un affluent du fleuve Saint-Laurent, près de Kahnawà:ke et de Montréal.

« En collaboration avec plusieurs partenaires, dont le groupe Pleine Terre et le COVABAR, nous avons développé un projet visant à réduire les risques et les impacts de l’érosion dans un secteur plus fragile de la rivière Saint-Régis, concentré principalement à Saint-Constant », explique Félix Blackburn, directeur général de l’organisme de bassin versant (OBV).

Pour Antoine Verville, directeur général du Regroupement des organismes de bassins versants du Québec (ROBVQ), « l’érosion a pour effet de causer des apports importants de sédiments, ce qui nuit à la qualité de l’eau de la rivière et donc, du fleuve Saint-Laurent. Ce phénomène représente aussi un risque pour les infrastructures. Ce projet de la SCABRIC, qui a pour but de stabiliser et de revégétaliser la rive et sensibiliser les propriétaires riverains pour réduire les risques d’érosion, cadre parfaitement avec les objectifs du Programme Affluents Maritime qui vise, entre autres, à limiter les apports en sédiments dans le Saint- Laurent. »

De plus, la municipalité régionale de comté de Roussillon s’est jointe en tant que partenaire financier au projet chapeauté par la SCABRIC, comme celui-ci s’insère entièrement dans le Plan de développement de la zone agricole (PDZA) de la MRC.

Josyane Desjardins, directrice du développement économique à la MRC de Roussillon, explique que « la MRC est bien fière de s’associer à ce projet qui sera réalisé sur son territoire. Qui plus est, cette collaboration avec la SCABRIC vient s’inscrire dans la foulée de l’atteinte des objectifs de notre Plan de développement de la zone agricole (PDZA), en matière de protection des bandes riveraines et de valorisation du travail des producteurs à cet effet. »

L’OBV SCABRIC, le groupe Pleine Terre et l’OBV COVABAR accompagnent actuellement un propriétaire dont la rive s’érode approximativement sur un tronçon de 120 mètres, sur une profondeur d’environ 60 centimètres par année, empêchant la végétation de stabiliser naturellement la rive.

Par leur collaboration, les organismes travaillent à une meilleure stabilisation de la rive à l’aide d’une méthode combinée, incluant un adoucissement de la pente, une clé d’enrochement ainsi que du génie végétal. Les travaux débuteront vers la fin octobre. Cette démarche aura pour but de diminuer l’apport de sédiments et de fertilisants dans le cours d’eau, améliorant l’habitat du poisson. Cet effort de stabilisation de la rive est un projet qui s’insère dans le projet « Les producteurs de la Saint-Régis savent s’adapter! ».

Cette démarche est donc, une vitrine pour les citoyens ruraux et urbains riverains de la rivière Saint-Régis. En effet, ce projet vitrine permet d’exposer les travaux possibles pour diminuer l’érosion. Au cours des prochaines semaines, une capsule vidéo sera réalisée afin de promouvoir cette démarche. Celle-ci sera, par la suite, envoyée aux riverains afin de leur faire part de l’importance d’avoir une bande riveraine adéquate en vue d’assurer une meilleure stabilité de la rive et une meilleure qualité de l’eau. Tous les citoyens riverains qui remarquent la présence du phénomène d’érosion ou de décrochement de sol sur son terrain sont encouragés à contacter la SCABRIC afin qu’un chargé de projet vienne évaluer la situation.

Ce projet est financé par le Programme Affluents Maritime visant la mise en œuvre d’actions issues des plans directeurs de l’eau qui concourent à la Stratégie maritime du Gouvernement du Québec.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.