Publicité

2 mai 2020 - 15:00 | Mis à jour : 4 mai 2020 - 08:49

Selon l'organisme CRIVERT

L’agrile du frêne se répand rapidement sur le territoire de Sainte-Martine

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Aux termes de l’inventaire réalisé en 2017 par CRIVERT Inc., l’organisme a confirmé la présence de l’agrile du frêne sur le territoire martinois. Un total de 17 204 frênes a été recensé. De ce nombre, 300 frênes étaient potentiellement atteints par l’agrile du frêne, mais aucun de ces arbres n’était mort des suites d’une attaque de l’agrile.

À lire aussi: 

Réouverture graduelle des régions du Québec dès le 4 mai

En 2019, CRIVERT inc. a été mandaté de nouveau afin de mettre à jour cet inventaire. Malheureusement, plus de la moitié des 300 frênes atteints en 2017 étaient morts ou presque morts. De plus, de nouveaux foyers d’infestation ont été identifiés, ce qui confirme que l’agrile du frêne se répand rapidement sur le territoire municipal. 

Une trentaine de frênes ont dû être abattus sur le terrain municipal à l’arrière de l’écocentre. Ces arbres seront remplacés par de nouvelles essences. « Votre collaboration est essentielle afin de limiter les dommages causés par l’agrile du frêne. Nous vous rappelons qu’un certificat d’autorisation doit être obtenu avant de procéder à l’abattage des frênes atteints et que la période d’abattage est limitée entre le 1er octobre et le 15 mars. De plus, des règles s’appliquent quant à la disposition des résidus, le tout dans le but de limiter la propagation de l’agrile du frêne », indique la municipalité à ses citoyens. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.