Publicité
21 février 2020 - 08:00

Des pistes d'action doivent encore être validées

Les Producteurs de grains du Québec demeurent prudents avec le rapport sur les pesticides

Au moment où la Cour supérieure reconnaît à la municipalité de Sainte-Anne-des-Lacs (Laurentides) le droit d'interdire les fertilisants et les pesticides, les Producteurs de grains du Québec (PGQ) ont annoncé "accueillir avec prudence" le rapport de la Commission de l’agriculture, des pêcheries, de l’énergie et des ressources naturelles (CAPERN) de l’Assemblée nationale sur l’utilisation des pesticides et la compétitivité du secteur agroalimentaire québécois.

Ce rapport contient des recommandations visant à assurer un meilleur soutien des producteurs en agroenvironnement, tel qu’espéré par les PGQ, mais plusieurs pistes d’actions devront encore être validées par le gouvernement, le secteur scientifique et le milieu concerné.

Une compétitivité abordée "de manière timide"

Par ailleurs, force est de constater que l’aspect de la compétitivité du secteur agroalimentaire est abordé de manière plutôt timide dans les recommandations dévoilées. Ainsi, pour les PGQ, tout dépendra de ce que le gouvernement du Québec réalisera comme gestes concrets par la suite.

« Nous sommes heureux d’avoir pu participer à l’exercice de consultation afin de transmettre des informations pertinentes aux parlementaires et faire mieux connaître les efforts de notre secteur pour adopter les meilleures pratiques disponibles. Nous poursuivrons d’ailleurs le travail d’amélioration de nos pratiques, un défi qui se relève avec l'ensemble des intervenants concernés. Maintenant que le rapport est dévoilé, nous continuerons également à collaborer avec le gouvernement afin que les gestes qui en découleront soient réalistes », a déclaré Christian Overbeek, président des PGQ.

En outre, les PGQ ont tenu à souligner certaines des recommandations du rapport de consultation, lesquelles apportent un éclairage intéressant sur les enjeux reliés à l’utilisation des pesticides :

  • Le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques évalue les moyens devant être mis en place pour dresser un portrait plus fiable de la situation québécoise des pesticides et qu’il le rende disponible (recommandation 3);
  • Le gouvernement révise le Code de déontologie des agronomes de manière à mieux encadrer son application, notamment en clarifiant la notion d’indépendance (recommandation 29);
  • Le gouvernement s’assure de la complémentarité entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée, de manière à ce que l’industrie puisse être impliquée dans la recherche appliquée, tout en pouvant mettre en valeur les résultats scientifiques de la  recherche fondamentale (recommandation 31).

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.