Publicité
1 août 2019 - 06:00 | Mis à jour : 23 septembre 2019 - 14:39

L'Escouade verte peut évaluer les frênes situés sur des terrains privés

Salaberry-de-Valleyfield poursuit ses efforts pour lutter contre l'agrile du frêne

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Au cours des dernières années, plusieurs municipalités du Québec ont dû composer avec l'agrile du frêne, un insecte ravageur qui s'en prend aux arbres de cette essence. À Salaberry-de-Valleyfield, l'administration municipale met tout en œuvre pour contrer les effets possibles d’une infestation de l’agrile du frêne sur sa forêt urbaine.

D’abord, 71 frênes municipaux recevront au cours des prochaines semaines un traitement au TreeAzin, afin de les protéger contre l’insecte ravageur. Ces arbres, principalement situés dans des zones où la densité de frênes est importante, comme sur la Rive-Nord du Vieux Canal, sont présentement identifiés par un point orange. Cette injection au TreeAzin offrira une protection de deux ans à ces arbres municipaux.

Des pièges ont également été installés à divers endroits, permettant de déterminer l'évolution de la population d'agrile sur le territoire de Salaberry-de-Valleyfield. Ces pièges, en prisme vert, ont été dispersés à l’intérieur de douze zones sélectionnées, afin de couvrir pratiquement la totalité des secteurs urbanisés. « L'objectif de ces pièges n'est pas de capturer l'insecte pour l'éliminer, car ils ne sont malheureusement pas assez efficaces, mais bien de connaitre le taux d'infestation pour chacune de ces zones. Nous pourrons ainsi mieux concentrer et prioriser nos actions. Les résultats d'inventaire par zone seront transmis à l'automne lorsque le piégeage sera complété », a rapporté Marie-Lou Lacasse, technicienne en environnement et en arboriculture à la Ville de Salaberry-de-Valleyfield.
 

Lutte commune

Les Campivallensiens intéressés à faire évaluer leur frêne sont invités à communiquer avec l'Escouade verte au 450 370-4820 afin d'obtenir une évaluation générale de leur arbre. Il est à noter que ce service est offert jusqu'en septembre et que le nombre de places est limité.

Les citoyens qui souhaitent administrer un traitement préventif à leur arbre doivent utiliser le TreeAzin, étant le seul traitement autorisé à Salaberry-de-Valleyfield. L’efficacité de ce produit est prouvée et son impact environnemental est faible. Les citoyens doivent aussi faire appel à un entrepreneur certifié, qui détient tous les certificats et permis gouvernementaux requis. La liste des entrepreneurs certifiés et spécialisés se trouve sur le site Web au www.ville.valleyfield.qc.ca/entrepreneurspesticides. Attention! Le traitement doit être effectué avant la fin du mois d'août.

Limiter la propagation

L’agrile du frêne est un insecte qui ne vole pas très loin : sa distance maximale de dispersion est de 1 km. L'épidémie s'est étendue rapidement à travers l'Amérique du Nord, par le transport du bois contaminé. Pour éviter cette erreur, il est primordial de faire abattre un frêne lorsque l’insecte est en dormance, soit de la fin octobre à la mi-mars. Même si un arbre ne semble pas contenir d'agrile, il vaut mieux ne pas prendre de risque. Les branches doivent être déchiquetées et le tronc envoyé à l'Écocentre, ou brûlé sur place, avant la fin de la période de dormance.

Agir contre l’agrile

Afin de mieux comprendre cette problématique, la Ville de Salaberry-de-Valleyfield invite la population à une conférence sur l'agrile du frêne, qui se tiendra dans le cadre de la Semaine de l’arbre et de la biodiversité. Cette conférence gratuite, coanimée par la biologiste et agronome, Micheline Lévesque, et la technicienne en environnement et en arboriculture, Marie-Lou Lacasse, aura lieu à la Factrie, café culturel, le mercredi 25 septembre à 19 h. Pour réservation : 450 370-4300.

La forêt urbaine campivallensienne compte plus de 5 000 frênes, excluant les parcs et boisés, dont 4 000 sont sur des terrains privés. Les propriétaires de frênes sont donc essentiels dans le combat contre cet ennemi commun.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.