Publicité
24 mai 2019 - 09:00

La collecte des matières résiduelles débutera le 30 septembre

Bientôt un troisième bac dans la MRC de Beauharnois-Salaberry

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Dès le 30 septembre prochain, l’ensemble des foyers, commerces, industries et institutions de la MRC de Beauharnois-Salaberry pourront faire un pas de plus pour l’environnement. Comment? En participant à la collecte de matières résiduelles via un bac brun, une pratique qui est déjà en application dans plus de 400 municipalités de la province. 

L’arrivée de ce troisième bac est attendue depuis longtemps dans la région, précise la mairesse de Sainte-Martine et préfète de la MRC, Maude Laberge. « Notons que celui-ci permettra de diminuer l’émission de gaz à effet de serre et de réduire de près de 50 % le poids de nos déchets, évalué en moyenne par ménage du territoire à quelque 800 kg\année », affirmait-elle lors de la conférence de presse officielle visant à confirmer l’implantation du service, le jeudi 23 mai. 

Un nouveau service qui a déjà fait ses preuves 

Ce nouveau service a été testé au cours des derniers mois dans quelques centaines de foyers de la MRC. «  À ce jour, près de 1 500 domiciles pratiquent déjà la récupération des résidus alimentaires et des résidus verts. Le projet vitrine a aussi été étendu à sept commerces de la région pour mesurer le pouls de la participation citoyenne et commerciale. Il s’avère que celle-ci est excellente et que les résultats sont au rendez-vous. Les gens nous disent qu’ils ont hâte d’avoir leur bac brun à la maison », ajoutait pour sa part le maire de Salaberry-de-Valleyfield, Miguel Lemieux, qui a lui-même pu tester ce service au cours de l’hiver. 

M. Lemieux a aussi mentionné que chaque collecte du bac brun coûtera 56 $ à la MRC contre 80 $ pour la collecte des ordures. « Plus les citoyens participeront à cette collecte plus les économies seront grandes. Nous enverrons moins de matières à l’enfouissement, tout en faisant notre part pour l’environnement. C’est une solution gagnante pour tous. » 

Première étape: distribution des bacs 

D’ici la première collecte territoriale, prévue le 30 septembre, une importante étape reste à franchir: la distribution des bacs bruns à chaque porte. Entre le 12 août et le 20 septembre, 23 000 bacs bruns de 240 litres (et 45 litres pour le centre-ville de Salaberry-de-Valleyfield) seront remis aux citoyens, commerçants, institutions et industries du territoire. À l’intérieur, les participants trouveront un bac de cuisine et un guide pratique accompagné d’un aide-mémoire. 

Le bac de cuisine permettra de le laisser sur le comptoir afin d’y disposer les matières après chaque repas. Sa petite taille fera en sorte que les gens pourront le transvider facilement dans le plus gros bac. « Tous les trucs et astuces relatifs à l’utilisation de ce troisième bac se retrouveront dans les outils distribués lors de la livraison. Les citoyens doivent prendre le temps de le lire pour bien comprendre le fonctionnement de cette nouvelle collecte », poursuivait le Coordonnateur à l’environnement et à la gestion des matières résiduelles à la MRC, Patrice Lemieux. 

De son coté, Frédérik Meilleur de l’Hôtel Plaza Valleyfield, l’un des sept établissements commerciaux du projet vitrine, est venue témoigner sur ce troisième bac. « On l’attendait depuis longtemps. Pour nous, ce service représente une économie de coûts importante, car nous déboursons de l’argent pour chaque collecte d’ordures. Bien sûr, ce processus demande des efforts, mais l’effort en vaut le coup. » 

Enfin, Patrice Lemieux a expliqué, en entrevue vidéo avec Néomédia Valleyfield, les matières acceptées dans le bac brun. Il a aussi précisé que des rencontres d’information sont prévues dans chacune des sept municipalités de la MRC en juin pour renseigner les citoyens sur ce nouveau service. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.