Publicité

3 septembre 2021 - 11:00 | Mis à jour : 11:14

Élections fédérales 2021

Claude DeBellefeuille veut la fin des subventions aux énergies fossiles

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Claude DeBellefeuille, candidate du Bloc Québécois dans Salaberry-Suroît, déplore les sommes investies en soutien aux énergies fossiles et s’engage à faire en sorte que les promesses de transition vertes soient tenues et à encourager les initiatives locales.

« En moyenne, ce sont 10,7 milliards de notre argent qui va dans cette industrie chaque année. Il y a donc tout le travail essentiel que l’on doit poursuivre à la Chambre des communes pour s’assurer que les promesses de transition verte soient tenues. Je pense qu’il y a aussi des initiatives qui peuvent être réalisées localement », résume la candidate.

Le Bloc Québécois mise sur une plateforme environnementale solide, dont la fondation repose sur le rejet des subventions aux énergies fossiles pour plutôt miser sur une transition verte. Un programme de péréquation verte, pour récompenser les efforts des provinces qui luttent  activement contre les changements climatiques, sera défendu par les bloquistes comme un outil concret pour atteindre les cibles climatiques ambitieuses. 

Puis, une loi contre l’obsolescence programmée sera déposée par le Bloc Québécois. « Bref, il faut agir pour l’environnement. Je m’y suis toujours engagée de cœur et je sens que cette fois-ci, c’est un enjeu qui est en tête de liste des priorités des citoyens » ajoute la députée sortante.

Des actions locales à la portée de tous

Claude DeBellefeuille rappelle que durant son mandat, ses émissions de GES liées à ses activités ont été compensées par un projet de plantation d’arbres. « Des arbres ont été achetés à CRIVERT, puis plantés par des étudiants en collaboration avec des écoles de la région. C’est un exemple d’une belle initiative que je poursuivrai assurément », illustre la bloquiste.

La candidate du Bloc Québécois dans Salaberry-Suroît veut aussi répondre à l’invitation lancée par le PRAQ (Pour un réseau actif dans nos quartiers) et mettra en place une oasis pour les pollinisateurs à son bureau de circonscription.

« L’enjeu de l’état des pollinisateurs marque les esprits. On a vécu une expérience désastreuse à Saint-Stanislas-de-Kostka l’an dernier avec des abeilles. Cet été, j’ai été sidérée quand Santé Canada a envisagé tripler certaines limites de pesticides permises. Ce n’était même pas une demande du milieu agricole. Évidemment, au Bloc Québécois, on s’y est opposé. On pense qu’il faut financer la recherche et le développement aux pesticides nuisibles pour s’en libérer », conclut-elle.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.