Publicité
6 octobre 2019 - 06:00

Élections fédérales 2019

Quatre candidats, trois thèmes et de beaux échanges au débat du Collège de Valleyfield

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Il n’y a pas que les chefs des partis politiques du Canada qui prenaient part à un débat, le mercredi 2 octobre dernier. Quatre candidats de la circonscription de Salaberry-Suroît avaient accepté de relever ce défi, ce même jour, à 16h30 en direct de la salle Albert-Dumouchel du Collège de Valleyfield

Lors de chaque élection, provinciale ou fédérale, les candidats intéressés se donnent rendez-vous dans ce lieu de divertissement bien connu de la région pour échanger et débattre des enjeux régionaux. Cette année, Alain Savard du Parti populaire du Canada, Claude DeBellefeuille du Bloc Québécois, Marc Faubert du Parti libéral du Canada et Joan Gottman du Nouveau parti démocratique se sont prêtés au jeu.

Pendant près de deux heures, ils ont répondu aux questions formulées par des étudiants du Collège de Valleyfield, mais aussi à certaines provenant du public réuni sur place pour découvrir leurs différentes plateformes électorales.

Parmi les thèmes abordés lors de la soirée, on retrouvait: l’environnement et les transports, la pauvreté et la réforme du scrutin. Dans la salle, une soixantaine d’étudiants étaient attentifs et prenaient des notes sur leurs propos, car ils seront questionnés ultérieurement dans l’un de leur cours.

Sans résumer l’entièreté des réponses des candidats, voici quelques citations intéressantes prononcées par chacun lors de cette joute verbale:

Alain Savard, PPC:

«  Mon père a mangé avec René Lévesque et il me ferait plaisir de me tenir debout dans la Chambre des communes pour défendre les intérêts des gens du comté »;

« Avant de dépenser, notre parti entamerait une grande réflexion pour savoir quoi faire avec l’argent et où l’investir »;

« Nous sommes contre la taxe carbone, car c’est encore nous, les Canadiens, qui allons payer pour ça »;

Claude DeBellefeuille du BQ:

« Le rôle d’un député, peu importe le parti représenté et le palier de gouvernement sur lequel il évolue, est d’asseoir des gens de tous horizons autour de la même table pour faire avancer des dossiers »;

«  Le Québec a payé 22 % du montant total pour l’achat du pipeline de Justin Trudeau. Imaginez comment on aurait pu investir cet argent si ça n’avait pas été le cas »;

« Je crois au mode de scrutin proportionnel, même s’il encourageait l’élection d’un gouvernement minoritaire. Pourquoi? Car un gouvernement minoritaire, qui se ferait chauffer le derrière par l’opposition, n’aurait pas le choix de s’entendre pour faire les meilleures propositions aux citoyens »;

Marc Faubert du PLC:

«  On aimerait offrir aux parents travailleurs de meilleurs horaires flexibles pour ceux qui doivent se rendre à l’extérieur pour leur emploi. Comment? En s’entendant avec VIA Rail pour extensionner l’horaire des trains VIA Rail et ajouter des arrêts »;

« Il est plus que temps que le comté de Salaberry-Suroît ait une voix forte à la Chambre des Communes et soit assis à la table décisionnelle »;

« Pour moi, le Bloc Québécois n’a pas sa place à la Chambre des Communes, mais plutôt à l’Assemblée nationale. On n’a pas besoin, à Ottawa, d’un parti qui désunit la population. »

Joan Gottman du NPD:

« On veut arrêter de subventionner les pétrolières et avec le 20 millards d’économie, on veut réinvestir dans la formation des travailleurs d’ici »;

«  En implantant dès maintenant une loi contre le plastique à usage unique, cette matière n’existerait plus dès 2022 »;

« Si on ne fait rien maintenant pour lutter contre les changements climatiques, ou d’ici 2030, tous nos efforts et toutes les actions prises d’ici là ne serviront à rien . »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.