Publicité

19 novembre 2021 - 05:00

L'organisation ressent le besoin de faire le point

Le Syndicat de Champlain répond au dénigrement systémique à l’endroit des syndicats

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

À la suite du dénigrement systémique que tient présentement des acteurs du gouvernement et de quelques médias à son endroit, le Syndicat de Champlain souhaite remettre les pendules à l’heure puisque ces attaques sont inacceptables et nuisent à la cause des millions de travailleurs du Québec.

Rappelons que le Syndicat de Champlain est bien actif sur le territoire de Salaberry-de-Valleyfield où l'organe syndical a d'ailleurs un point de chute. 

Par voie de communiqué, l'entité  ajoute qu'il est important de rappeler que quel que soit le discours convenu du gouvernement ou de certains médias, les organisations syndicales travaillent toujours à porter la voix de celles et ceux qu’elles représentent. Elles veillent à faire connaître leurs réalités quotidiennes, leurs besoins ainsi qu’une plus grande reconnaissance de leurs métiers.

" Malheureusement, tant le gouvernement que certains médias font présentement preuve de démagogie en démontrant encore une fois qu’ils ne s’intéressent pas aux revendications du personnel syndiqué, pourtant constitué de citoyens à part entière. Nous ne demandons pas la lune, simplement d’être assis à la table de négociations et de faire partie de la solution afin que celle-ci soit fidèle aux demandes de ces femmes et de ces hommes qui, finalement, sont les syndicats"', précise l'organisation. 

Une plainte de la FIPEQ

Récemment, il y a eu une plainte à l’endroit du gouvernement de la part de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ) pour entrave aux activités syndicales. " Elle ne reproche pas en soi au gouvernement de vouloir augmenter les salaires des éducatrices en service de garde. Elle interroge plutôt la manière. C’est très louable d’augmenter les salaires de ces intervenantes à la petite enfance. La FIPEQ lui reproche plutôt de vouloir contourner les syndicats dans leur rôle de négociateur en imposant ses priorités, son agenda. La hausse des salaires demeure un bienfait, certes, mais un bienfait qui se négocie entre les représentants syndicaux et patronaux et non unilatéralement. Il y a un cadre à la négociation et le gouvernement actuel en fait fi, tout au moins en ce qui concerne les augmentations salariales", écrit-on. 

« Pour nous, au Syndicat de Champlain, il est important que la population demeure solidaire envers les travailleuses et travailleurs des services publics. Malgré la fin des négociations dans les secteurs de la santé et de l’éducation particulièrement, la prochaine période de négociations approche avec son lot de défis à relever. Le Syndicat de Champlain portera la voix de ses membres comme elle l’a toujours fait, et cela en toute légitimité », conclut  Jean-Francois Guilbault, Président du Syndicat de Champlain. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.