Publicité

8 juin 2021 - 08:00

Aujourd'hui

Une troisième journée de grève pour les enseignants du Collège de Valleyfield

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Les enseignants du Collège de Valleyfield, débrayent aujourd'hui pour une troisième journée, alors que les pourparlers stagnent avec le gouvernement pour le renouvellement de leur convention collective, indique la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN).

Le corps enseignant réclame des ressources adéquates pour permettre au réseau collégial de remplir sa mission de diplomation et ainsi continuer à contribuer à la vitalité socio-économique du Québec.

« Nous avons consacré beaucoup de temps et d’énergie à la négociation. Rappelons aussi que nous avons considérablement réduit le spectre de nos demandes pour les concentrer sur des enjeux de ressources essentielles pour les conditions d’apprentissage de nos étudiants, notamment. Là, il faut que ça débloque, il faut que le gouvernement fasse preuve d’ouverture et entende nos propositions », explique Chantal Malouin, présidente du SEECoV (Syndicat des enseignantes et des enseignants du Collège de Valleyfield).

Les conditions d’apprentissage et d’enseignement au cœur des revendications

La correction d'une iniquité majeure, qui perdure depuis des décennies et qui met à mal les conditions d'apprentissage ainsi que les conditions de travail à la formation continue, figure parmi les préoccupations de la FNEEQ-CSN. 

« On a entendu le premier ministre affirmer qu’il ne souhaitait pas qu’il y ait deux catégories d’enseignantes et d’enseignants au Québec. Visiblement, il n’est pas au courant que c’est une réalité bien présente dans le réseau collégial. Nos collègues à la formation continue, qui enseignent notamment à des gens en requalification professionnelle, travaillent pour 50% de la rémunération du personnel œuvrant au régulier. Ce fossé énorme crée des problèmes d’attraction et de rétention des personnes qualifiées pour donner la formation, alors que le Québec vit une crise de la main-d’œuvre dans plusieurs domaines », ajoute Chantal Malouin.

Les enseignants réclament aussi des ressources dédiées pour mieux encadrer les étudiantes et les étudiants en situation de handicap (EESH) ainsi que celles et ceux ayant eu une faible moyenne générale au secondaire.

« Nous le martelons depuis un bon moment : ça nous prend des ressources dédiées pour le corps enseignant, car, dans le cas des EESH, c’est une population qui a augmenté de plus de 1 500 % au cours des dernières années dans le réseau. Nous sommes également préoccupés par les prochaines cohortes à faire leur entrée au cégep, qui se trouvent actuellement en secondaire 3, 4 et 5 et qui auront été éprouvées dans leur cheminement scolaire par la pandémie », poursuit la présidente du syndicat.

Des ressources sont également exigées par la FNEEQ-CSN pour soutenir les programmes de techniques lourdes de la santé, qui forment notamment la prochaine génération d’infirmières et de professionnel-les de la santé. « La surcharge de travail et le manque de ressources exercent une pression énorme sur le corps enseignant. On constate là aussi un problème de rétention et d’attraction de gens qualifiés pour assurer la formation, et ce, alors que le réseau de la santé est aux prises avec un grave problème de pénurie de main-d’œuvre », souligne madame Malouin.

Une troisième journée de grève par séquences

Il importe de souligner que cette troisième journée de grève a été enclenchée par séquences dans les différents cégeps dont les syndicats sont affiliés à la FNEEQ – CSN à la fin de la session et selon les calendriers locaux, au moment où les étudiantes et les étudiants ont déjà remis leurs travaux et fait leurs examens.

« C’est sur nos administrations, nos établissements et le gouvernement que nous souhaitons mettre de la pression, car tout le monde doit prendre conscience des enjeux que nous soulevons », conclut Chantal Malouin.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.