Publicité

27 mai 2021 - 07:00

Fermeture du pont de l’Île-aux-Tourtes

Le Collège Bourget ou savoir s’adapter rapidement

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Si la fermeture d’urgence du pont de l’Île-aux-Tourtes jeudi dernier en a pris plusieurs par surprise, l’équipe du Collège Bourget de Rigaud ne fait pas exception. Or, l’équipe a assurément été en mesure, rapidement, de mettre en place des solutions.

En effet, afin d’assurer le maintien de ses services aux élèves, l’administration du Collège Bourget a mis en place, rapidement diverses mesures, tant au niveau du transport des étudiants que pour accommoder les enseignants et le personnel scolaire. « En fait, nous avions deux grandes priorités avec la fermeture du pont. Nous devions nous assurer que le transport des élèves était maintenu, mais aussi permettre aux enseignants et aux employés de poursuivre leurs activités », explique le directeur général de l’établissement scolaire privé, Philippe Bertrand.

Ainsi, afin de s’assurer que les élèves, notamment ceux du primaire, ne soient pas coincés plusieurs heures en autobus, dans la circulation, l’équipe du Collège a revu l’horaire des cours. « Nous avons donné un peu plus de flexibilité quant à l’heure d’arrivée, mais nous avons également ajusté l’heure de la fin des classes. Ainsi les autobus quittent le Collège en fin de journée vers 14h45 plutôt que 15h55. Le matin, les autobus quittent le garage à 5h pour être à leur premier arrêt à l’heure normale et ça fonctionne très bien puisque ce matin, le dernier autobus est arrivé à 8h10 », ajoute M. Bertrand.

Pour ce qui est des cours à distance, le directeur général explique que les élèves qui impactés par la fermeture du pont se sont vu offrir le choix de poursuivre l’école en présentiel ou à la maison, et ce, tant pour les élèves du primaire que du secondaire.

Dormir à l’école

« Comme nous avons des enseignants et des éducateurs qui viennent de Montréal ou de la Rive-Nord, c’est certain que nous devions trouver des solutions pour leur faciliter le travail. C’est pourquoi eux aussi ont le choix de faire leur cours à distance ou en présentiel », poursuit M. Bertrand.

Ceci étant dit, certains membres du personnel ont plutôt opté pour dormir à l’école. Ainsi, depuis quelques jours, certains d’entre eux se sont installés dans les dortoirs de l’établissement. « Nous n’avons pas eu de demande d’élève pour coucher à l’école, mais si ça avait été le cas, nous aurions pu les accueillir. À vrai dire, nous étions prêts à faire coucher les chauffeurs d’autobus s’il le fallait », lance en riant le directeur général.

Malgré les ajustements de dernière minute, Philippe Bertrand n’a que des bons mots pour l’ensemble de ses équipes. « Le personnel à l’interne fait un travail exceptionnel. Nous nous sommes rapidement mis en mode solution et tout le monde fait front commun pour le bien des étudiants », conclut-il.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.