Publicité

25 mars 2021 - 05:00

Sondage maison NÉOMÉDIA

Port du masque au primaire obligatoire: 40 % des répondants sont tout à fait d'accord

Benjamin  Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

Cela fait maintenant deux semaines que le gouvernement du Québec a imposé le port du masque de procédure aux enfants des écoles primaires situées en zone rouge.

À la lumière des résultats du sondage maison de Néomédia et d’un mouvement de contestation de divers parents, la question divise. 

Malgré une franche majorité de gens en accord avec la mesure, il reste que 60 % des personnes sondées sont en désaccord et trouvent le tout exagéré. 

Devant le mécontentement de plusieurs parents, forts actifs sur les réseaux sociaux, le gouvernement a assoupli les mesures. « Lorsque le parent indique que l'enfant ne peut porter le masque pour raison médicale, ce dernier demeure présent à l'école, sans masque », est-il écrit dans le document du ministère de l’Éducation. 

Dans un communiqué émis cette semaine par la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), on demande au gouvernement d’exiger un billet médical pour l’exemption du masque en milieu scolaire. « Par sa décision, qui constitue un recul, le gouvernement fait le choix de laisser tomber le personnel des écoles et ouvre la porte à une multiplication de refus du port du masque à l'école », indique sa présidente Sonia Éthier. 

Selon Mme Éthier, avec les variants et l’incertitude de la qualité de l'air des établissements, il est plus que nécessaire que le gouvernement évite que d’autres éclosions aient lieu.

Situation dans les écoles de Beauharnois-Salaberry

Selon les chiffres du 23 mars, sept écoles ont déclaré un cas positif à la COVID-19. Ces dernières restent sur la liste pendant 14 jours. Les voici: 

- École Arthur-Pigeon;

- École de la Baie-Saint-François;

- École des Patriotes-de-Beauharnois;

- École Élizabeth-Monette;

- École Langlois; 

- École Montpetit (Valleyfield)

- École Sacré-Coeur;

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.