Publicité
4 octobre 2019 - 06:00

Commission scolaire de la Vallée-des-Tisserands

« Nous suivrons attentivement l’évolution du projet de loi 40 dans les prochaines semaines », indique la CSVT

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Plus tôt cette semaine, la Coalition Avenir Québec déposait le projet de loi 40 visant à réformer les commissions scolaires. Sur le plan local, la Commission scolaire de la Vallée-des-Tisserands indique « suivre attentivement l’évolution du projet de loi dans les prochaines semaines. »

La conseillère en communications, Audrey St-Aubin ajoute dans son courriel que « nous prenons connaissance actuellement de l’entièreté du projet de loi 40 qui a été déposé ce mardi à l’Assemblée nationale et nous sommes à même de nous l’approprier. »

Nouvelle gouvernance

Concrètement, le projet de loi 40 permettra de :

- de réduire la bureaucratie et de dégager des économies d’environ 45 millions de dollars sur quatre ans;

- de dépolitiser la gouvernance scolaire;

- de donner davantage d’autonomie aux écoles et de rapprocher la prise de décision de celles et ceux qui connaissent les élèves par leur nom;

- d’assurer une gestion optimale des ressources qui sont investies dans le réseau scolaire public.

Le projet de loi prévoit une décentralisation importante de la prise de décision vers les écoles. Il prévoit également l’abolition des élections scolaires et la fin des commissions scolaires telles qu’on les connaît actuellement pour les transformer en centres de services scolaires (CSS), qui fourniront des services essentiellement administratifs aux écoles situées sur leur territoire. 

 « Le projet de loi que nous présentons aujourd’hui est fidèle aux engagements que nous avons pris. Nous modernisons la gouvernance scolaire en nous inspirant des meilleures pratiques. En un an, nous avons fait plus, beaucoup plus pour notre réseau scolaire. Il est maintenant temps de faire mieux et de doter notre réseau d’une gouvernance digne du 21e siècle. Après des années d’attente, nous remettons enfin les écoles entre les mains de nos communautés », précise Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.