Publicité
4 avril 2019 - 11:00

Culture Montérégie

Baladodiffusion: la culture abordée sous toutes ses formes

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Qu a dit que culture et entrepreneuriat ne font pas bon ménage? Certainement pas les représentants des organismes culturels invités à prendre part à une initiative de Culture Montérégie. Du 8 au 12 avril, six émissions sur le thème de l’entrepreneuriat culturel seront accessibles en baladodiffusion, et ce, tout à fait gratuitement, notamment grâce à un appui du Gouvernement du Canada.

Cette série d’émissions a été conçue et coordonnée par Sabrina Brochu, agente de développement au sein de l'instance régionale. Depuis quelques années, elle déploie les différentes actions de Culture Montérégie en matière de financement pour les organismes culturels. « Le financement constitue le nerf de la guerre en culture. Pour assurer leur pérennité, les organismes doivent obtenir du financement public, solliciter du financement privé et dégager des revenus autonomes. C’est avec cet enjeu en tête que nous avons pensé cette série d’émissions radiophoniques téléchargeables. Notre objectif est de partager des connaissances et des expériences concrètes pouvant répondre à certaines questions ou simplement inspirer le milieu », mentionne Nancy Bélanger, directrice générale de Culture Montérégie.

La baladodiffusion: que du positif 

Pourquoi la baladodiffusion? Car elle offre l’avantage d’un contenu disponible en tout temps. L’information partagée est donc accessible au plus grand nombre ce qui en multiplie la portée et l’impact. Depuis quelques années, ce médium connaît un essor important, et ce, principalement chez les jeunes de 18 à 35 ans.

Culture Montérégie croit donc que ce projet pilote lui permettra de rejoindre la relève entrepreneuriale en culture de la région. Chacune des six émissions, d’une durée de 20 à 40 minutes, accueillera un invité différent venu partager son expérience sur un sujet donné. Les émissions seront diffusées selon le calendrier suivant :

Émission 1: Le financement participatif — diffusée le 8 avril Invitée : Elsie Lefebvre, directrice La Ruche Grand Montréal

Émission 2: L’économie sociale et les obligations communautaires — diffusée le 9 avril

Les organismes culturels sont formés sous le statut légal d’organisme à but non lucratif. En offrant des biens et des services, ces OBNL sont aussi des entreprises d’économie sociale. Ce balado offre une nouvelle perspective sur l’entrepreneuriat en culture. On y parlera également d’un outil de financement trop peu connu, soit les obligations communautaires.

Le financement participatif pour un projet constitue à la fois une étude de marché, un moyen de recueillir des fonds et un levier pour obtenir un soutien additionnel des entreprises privées et des instances publiques. Il est aussi une occasion de mobiliser une communauté autour de l’organisme. Marche à suivre, conseils et clés de succès seront abordés dans ce balado.

Invités : Mélanie Rheault, coordonnatrice du Pôle de l’économie sociale de l’agglomération de Longueuil et Mario Fortin, président-directeur général des Cinéma Beaubien — Cinéma du Parc – Cinéma du Musée

Émission : Développement d’une offre marchande — diffusée le 10 avril
Invité : Philippe Larose Cadieux, directeur créatif et cofondateur d’ARTBOX, une agence de marketing à impact social, et également artiste numérique.

Les pratiques commerciales semblent entrer en conflit avec la démarche artistique des créateurs et la mission des organismes culturels. Ce balado tentera de donner des moyens de concilier mission, vision et valeurs avec l’accroissement de la part de revenus autonomes par la diversification des activités marchandes.

Émission 4: La philanthropie en culture — diffusée le 11 avril
Invitée : Karla Étienne, interprète, enseignante et directrice adjointe chez Zab Maboungou/Compagnie Danse Nyata Nyata

Selon Statistiques Canada, seulement 20 % des organismes culturels ciblent tous les types de donateurs, tandis que la grande majorité (88 %) vise principalement les entreprises privées. Karla Étienne partage son expérience sur les débuts des activités philanthropiques à la Compagnie de Danse Nyata Nyata et comment elle a réussi à instaurer une culture philanthropique au sein de l’organisme par de petites actions qui prennent en compte tous les types de donateurs.

Émissions 5 et 6: Les communications et le marketing dans le secteur culturel et La commandite — diffusées le 12 avril
Invitée : Thérèse David, formatrice, conférencière, consultante et chargée de cours dans le domaine des communications

Sans une stratégie de communication et de marketing efficace, il est difficile pour un artiste ou un organisme culturel de consolider sa position auprès de ses partenaires publics, privés et de sa clientèle cible. L’émission 5 aborde le processus marketing, les marques, les relations de presse, le plan de communications et les médias sociaux.

Le lien culture-affaires débute souvent par une demande de commandite. La compétition est féroce dans ce domaine et les organismes culturels doivent y être bien préparés et outillés. L’émission 6 présente les bases de la commandite et répond de façon concrète aux questions les plus couramment posées sur le plan de commandite, l’activation de commandite et l’approche du milieu des affaires.

Cette série en baladodiffusion a été produite en partenariat avec l’entreprise Les productions du garde-robe et sera disponible à l’adresse suivante : https://www.culturemonteregie.qc.ca/balados

Notons en terminant que ce projet a été rendu possible en partie grâce au gouvernement du Canada.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.